La communion des vivants

Publié le - Mis à jour le

Opinions

Eric de Beukelaer est prêtre

C’était il y a une dizaine d’années. Je m’en souviens encore distinctement. Le jour même, j’avais découvert le corps sans vie d’un ami. Il s’était pendu dans son appartement. Drogué aux médicaments depuis son enfance, il n’arrivait plus à supporter les angoisses qui le hantaient nuit et jour. La veille encore, nous avions partagé un café. Je savais qu’il n’allait pas bien, mais j’avais atteint les limites de ma capacité d’accompagnement. Je l’avais encouragé, mais m’étais aussi protégé. Sans nouvelles de lui le lendemain, je finis par me rendre à son appartement. En passant devant sa fenêtre, je vis sa silhouette reliée par une corde au plafond. Cette nuit-là donc - après toutes les formalités de police - je suis allé me coucher tard, sans trouver de réel sommeil. Au milieu de la nuit, un vent balaya ma chambre. Je vis entrer mon ami par la porte et lui posai deux questions : "Et pour tout ce que j’ai fait pour toi ?" Je sentis alors qu’il me serrait la main avec force. Puis, je dis : "Et pour tout ce que je n’ai pas fait pour toi ?" Là, ce fut un vent qui me balaya le visage - comme pour dire : "Ne t’encombre pas de cela Balaie-le de ta conscience. Je suis libre maintenant."

Un songe, évidemment. En me réveillant sur-le-champ, je constatai que c’était ma main droite qui serrait la gauche et que le vent était un courant d’air qui venait de ma fenêtre ouverte. Tout s’était donc passé dans ma tête.

Et pourtant, je rappelle la phrase tirée du dernier tome (et film) d’Harry Potter. Entre la vie et la mort, le jeune héros rencontre en songe son ancien directeur de collège - décédé un an plus tôt. A la fin de leur conversation, Harry lui demande : "Professeur, tout ceci est-il réel, ou cela se passe-t-il dans ma tête ?" Réponse de Dumbledore : "Evidemment que cela se passe dans ta tête, Harry ! Mais cela ne signifie pas pour autant que ce ne soit pas réel " C’est bien ainsi que je considère mon songe de cette nuit-là : tout se passa dans ma tête, mais n’en était pas moins "plus-que-réel". S’il est bien un point de la foi chrétienne que j’ai - à plus d’une reprise - touché du doigt, spirituellement parlant, c’est la communion spirituelle entre les vivants et les morts.

L’Eglise catholique fête ce 1er novembre tous ses saints, soit ces défunts - connus ou anonymes - qui ont été perméables à l’amour divin sur terre et qui participent désormais à la plénitude du ciel. Leur course terrestre s’est achevée, mais ils sont tout sauf spirituellement morts. En Dieu, ils sont plus-que-vivants. Voilà pourquoi à ceux qui les invoquent, ils servent de premiers de cordée sur le chemin de la conversion. La communion des saints est cette solidarité profonde qui unit spirituellement les vivants sur terre et les vivants en Dieu.

L’Eglise catholique commémore ce 2 novembre plus largement tous les défunts, soit la multitude d’hommes et de femmes qui ont vécu leur grand passage.

L’Eglise invite à prier avec eux, mais aussi pour eux. En effet, tout comme l’œil qui sort de la cave doit s’habituer à la lumière éclatante du soleil, de même beaucoup ont besoin d’une transition qui dilate leur cœur - état que l’Eglise du Moyen-Age appela le "purgatoire". La prière pour les défunts est donc une expression de la solidarité spirituelle qui unit les pèlerins de la terre à ceux du ciel.

Le culte des saints et la prière pour les défunts sont bien davantage que des fioritures de notre foi de baptisé. En voyant le nombre impressionnant de nos contemporains qui - en ce début de XXIe siècle - visitent encore les cimetières, nous constatons que l’affection pour "ces chers disparus" rejoint une intuition spirituelle profonde. Pareil élan du cœur peut être dévoyé. Quand diminue l’intercession des saints et la prière pour les défunts, augmente le recours aux marabouts et sorciers de tous crins. Celui qui vit un deuil douloureux peut, en effet, avoir la tentation de forcer les portes de la séparation en "faisant revenir l’être pleuré" par des voies spirites.

Cette forme de communication avec les morts est profondément malsaine. Par une régression mentale de type magique, elle viole la rupture. Le spiritisme est un acte de déni du deuil, qui pousse à rétablir une communication avec les défunts sur le mode de celui qui existait sur terre. Que l’on croie ou non en la réalité de ce genre de démarche, elle génère plus d’angoisse qu’elle n’en apaise. Aux adolescents qui s’amusent à faire tourner les tables, je dis régulièrement : "Arrêtez cela. Si vous ne croyez pas au monde des esprits, pourquoi ce jeu macabre ? Mais si vous croyez au monde de l’invisible - et c’est mon cas - n’ouvrez pas des portes que vous n’avez pas le pouvoir de refermer."

Tout autre que la tentation spirite, la prière pour les défunts est apaisante. Sur le chemin du deuil, elle aide à accepter le caractère irréversible de la mort. Irréversible, mais non ultime. A la suite du Ressuscité, la mort est un passage vers la vie en Dieu. En priant pour un défunt, nous l’accompagnons sur le chemin de notre commune destinée en espérance - la pleine communion dans l’Amour trois fois saint. Alors, l’adieu devient "à-Dieu".

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Opinion
    Comment le Mal a affecté les bourreaux de Valentin

    Une chronique d'Eric de Beukelaer.
    Le mal spirituel dont sont atteints les bourreaux de Valentin est ce parasite de l’âme qui, graduellement, nous déshumanise et déshumanise notre regard sur le monde.
    ...

  2. 2
    Eddy Merckx : "On m’a proposé une valise remplie d’argent pour que je ne gagne pas le Tour d’Italie"

    Merckx a tout gagné, a souvent réalisé le doublé Tour d’Italie et Tour de France. Au total : quelque 525 victoires sur 1 800 courses. Tous les dictionnaires sportifs, les anthologies du sport le classent au top du cyclisme mondial. En son honneur, 50 ans après cette victoire, le Tour de France partira de Bruxelles le 6 juillet prochain (Bruxelles-Charleroi-Bruxelles). Le lendemain, un contre-la-montre par équipe sillonnera les rues de la capitale.

  3. 3
    Opinion
    Greta Thunberg, docteure honoris causa ? Une fausse bonne idée

    N’y a-t-il pas, dans cette remise, une confusion sur ce qu’est un doctorat et sur ce que sont ses finalités ?

  4. 4
    Opinion
    "Tout le monde est le bienvenu à la Vlaamse Kust !" (OPINION)

    Une opinion de Sander Loones, député N-VA.
    Début juin, l’élu nationaliste plaidait pour l’utilisation de l’expression "Vlaamse Kust" plutôt que "Belgische Kust". Vivement critiqué, il argumente sa position et répond à ses ...

  5. 5
    Opinion
    Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des grands patrons

    Une opinion de Emile Quinet, professeur émérite Ecole des Ponts-ParisTech et membre associé de Paris School of Economics, École des Ponts ParisTech (ENPC) (1).
    Quoi de commun entre les footballeurs et les PDGs ? Pas grand-chose ...

cover-ci

Cover-PM

Facebook