Lettre ouverte de membres de la Commission du cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles (voir ci-dessous).

La presse nationale et étrangère se fait l’écho depuis quelques semaines de critiques envers le fonctionnement des aides sélectives de notre Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous souhaitons ici rétablir des faits et apporter notre éclairage en tant que membres de cette instance d’avis. Les membres de la Commission, aux profils variés et complémentaires, ont en commun leur amour du cinéma et cette lettre exprime uniquement le point de vue de ses signataires.

Beaucoup de pays envient nos institutions

La diversité et le succès de notre cinéma n’existeraient pas sans le Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le travail de sa Directrice, Jeanne Brunfaut, de son administration, du Président et des Vice-présidents de la Commission, des Membres de la Commission du Cinéma permet à notre cinéma de rayonner auprès du public en Belgique et à l’international. Beaucoup de pays envient nos institutions et la liberté qui est la nôtre de créer. Ainsi depuis plus de dix ans et sans discontinuer, notre cinéma est présent au Festival de Cannes particulièrement en 2019 avec le Prix de la mise en scène, la Caméra d’Or, et le Grand Prix du Jury pour un film étranger coproduit par la Belgique… Arrive-t-on à faire des œuvres pareilles dans l’opacité et l’entre-soi ?

Le Centre du Cinéma manque de moyens et il faut livrer une bataille féroce pour augmenter son budget et lui permettre de soutenir davantage les talents en Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais ce qui se joue ici est bien plus important. Il s’agit de défendre l’exigence artistique, éthique et humaine de celles et ceux qui travaillent au sein de ce qui est la pierre angulaire du Cinéma belge francophone. À vouloir l’affaiblir, à vouloir la fragmenter, à vouloir la dévaloriser, c’est tout notre cinéma qui en ressortira fragilisé. Le travail du Centre du Cinéma est aussi d’être au diapason des évolutions du secteur, de construire les outils de financement adaptés à l’émergence et la pérennisation des différentes formes de cinéma et de création audiovisuelle dont notre vivier est riche. La création des créneaux du Film Lab et des Productions Légères en est l’exemple.

La Commission du Cinéma n’est pas une instance hors sol, elle est composée de 127 professionnelles et professionnels du secteur, aux profils variés, aux compétences différentes et complémentaires. Des autrices et auteurs, des comédiennes et comédiens, des productrices et producteurs et responsables d’ateliers, des représentantes et représentants des métiers de la diffusion, des techniciennes et techniciens, et des expertes et experts en matières culturelles, dont des journalistes critiques de films, évaluent en toute bonne foi et avec bienveillance les qualités de cinéma des projets portés par les candidates et candidats.

Les projets sont présentés dans différents collèges selon leur spécificité, à savoir : Court-métrage (fiction et animation), Documentaire, Long-métrage (fiction et animation) et Film Lab.

Pour les projets de long-métrage, le Centre du Cinéma propose aussi des aides à l’écriture, au développement artistique et au développement de production afin d’offrir un soutien dès la genèse des projets.

L’aide à l’écriture et l’aide au développement sont également proposées pour le créneau Documentaire.

Le Centre du Cinéma soutient aussi la visibilité des films et les différents opérateurs de diffusion à travers le volet « aide aux opérateurs » (distributeurs, festivals, exploitants de salles…) de la Commission du Cinéma.

Les films peuvent bénéficier d’aides à la promotion et à la diffusion afin que l’accompagnement soit complet.

Les sessions d’analyse des dossiers et de rencontres avec les candidats et candidates sont composées, pour les aides à la production, de cinq membres pour le Court-métrage et le Film Lab, de sept membres pour le Documentaire et le Long-métrage, dans le respect de la diversité de compétences des intervenants et intervenantes et de parité de genre, cette dernière étant évaluée sur le cumul des trois sessions annuelles.

Les candidats ont la possibilité de déposer jusqu’à trois fois et bénéficient de retours écrits de leur passage en Commission. Aussi, nombre de candidats ont souligné que ces retours permettent d’affiner leur projet, de préciser les enjeux et de se représenter avec une proposition plus forte et convaincante.

L'administration n’a aucun pouvoir décisionnaire dans le choix des films soutenus mais garantit la bonne tenue des débats ainsi que le cadre financier et juridique. Il faut rappeler la tournure démocratique des débats, le souci de préparer les auditions avec un maximum de bienveillance afin d’éclairer avec pertinence les projets et faire circuler en toute indépendance un vrai désir de cinéma. Rappeler aussi que chaque membre vote en âme et conscience et qu’à chaque fois, nous sommes tétanisés par le manque de moyens, dévastés par une compétition impitoyable qui nous contraint à éliminer des propositions de grande qualité.

L’échange d’idées, le débat public, la critique, la défense de la culture et des artistes, la liberté de la presse, l’égalité des chances, la transparence des institutions publiques, et la lutte contre la corruption sont au centre de ce qui fait la qualité et la force de notre démocratie. Dans ce sens, nous soutiendrons toujours celles et ceux dont la démarche est d’améliorer les instances culturelles afin que le plus grand nombre en bénéficie.

Nous ne sommes pas un petit milieu

On ne souhaite plus laisser dire que nous sommes un petit monde, un petit milieu qui fait système ; il est à nos yeux fondamental de contredire cette idée absolument fausse. Apporter une contradiction à ce jugement erroné est essentiel pour préserver les acquis magnifiques de dizaines d’années d’une politique culturelle qui a démontré sa pertinence par le succès de nos films dans le monde entier. A faire le dos rond et laisser dire mensonges et contrevérités, nous finirons par rencontrer la haine et le soupçon. Nous ne nous tairons pas face à ceux qui disent qu’il existe une omerta dans le cinéma belge. Nous ne laisserons pas des suspicions fallacieuses se diffuser sans répondre.

En tant que membres de la Commission du Cinéma, en tant que professionnelles et professionnels du secteur, en tant que citoyennes et citoyens, nous contestons les propos qui sèment le doute sur l’éthique et le travail minutieux de toutes celles et ceux qui œuvrent pour le septième art dans leur métier et en tant que membre de la Commission.

Il est très important de rappeler aussi au monde politique, dont le financement de nos instances d’avis dépend, que le système de nos aides au Cinéma et à l’Audiovisuel fonctionne, qu’il est honnête, qu’il donne des résultats ! Que le cinéma en Belgique est vivant, riche de talents et de professionnels passionnés et qu’il ne fait que s’étoffer au fil des ans grâce aux écoles qui voient sortir chaque année le cinéma de demain. Laisser dire, c’est laisser le doute s’installer, ce qui ne nous aide pas dans la nécessité de convaincre nos représentants et les citoyens que la Culture est vitale et essentielle à notre société. Car oui, on en est toujours à devoir convaincre que ce que nous faisons, artistes de toutes disciplines rassemblées, est du travail sérieux, qui mérite d’être subventionné et qui fait tourner une industrie, qui crée des emplois et pérennise des collaborations internationales.

Nous avons de la chance d’avoir ce système de financement en Fédération Wallonie-Bruxelles ; il ne faut pas laisser le soupçon et la malveillance le mettre en péril. Nous recherchons en collégialité la qualité artistique et productionnelle. Notre travail est éthique et exigeant, et vise à une seule chose : soutenir et développer le cinéma si divers et talentueux de notre tout petit territoire.

Membres signataires de la Commission du cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles :

Martine Barbé

Marta Bergman

Cyril Bibas

David Borgeaud

Valérie Bournonville

Freddy Bozzo

Louis -Philippe Capelle

Abel Carlier

Eve Commenge

Vero Cratzborn

Aurore Engelen

Julie Frère

Thomas Van Zuylen

Thomas Verkaeren

Laura Wandel

Sara Wikler

Jean-Pierre Winberg

Grégory Zalcman

Christelle Mahy

Guillaume Malandrin

Philippe Marion

Julien Melebeck

Anne Paulicevich

Marika Piedboeuf

Christine Pireaux

John Shank

Jérôme Tellin

Delphine Thomson

Isabelle Truc

Guérin van de Vorst

Florian Gallego

Nicolas Gilson

Dany Habran

Anton Iffland Stettner

Joachim Lafosse

David Lambert

Kadija Leclerc

Wilbur Leguèbe

Catherine Lemaire

Pamela Leu

Anne Lévy-Morelle

Gwennaëlle Libert