Opinions

Une opinion de Jean Papadopoulos - Président de l’Association des Epirotes de Belgique.

Quand la Grèce vous reçoit, elle a un devoir intangible envers son hôte : la Philoxenia, terme trois fois millénaire et toujours d’actualité dans le pays qui lui a donné naissance.

On pourrait le traduire en français par l’hospitalité, mais il manquera toujours cette autre dimension propre à l’accueil que vous réservera la Grèce : le sacré !

Evidemment, vous vous rendrez en Grèce pour vous défaire des liens du pesant quotidien, en profitant du soleil et des eaux envoûtantes de la méditerranée ou encore d’une cuisine dont les délices sont à la hauteur de ses vertus médicinales, mais aujourd’hui plus qu’à n’importe quel autre moment vous découvrirez la véritable richesse de ce pays, ses habitants.

Car si le mot crise signifie le conflit, il renferme aussi le sens de la critique, de l’évaluation et du jugement. Et les Grecs traversent ce conflit dans l’espoir d’une renaissance qui ne peut venir que grâce à un retour à l’essentiel : la beauté des relations humaines.

Jamais plus que maintenant, nous nous devons de soutenir le tourisme en Grèce, non pas comme une industrie, mais comme un pèlerinage ou une méditation les yeux grands ouverts sur tant de beautés.

Toute cette magnificence partagée ne peut que créer des liens et ces liens, c’est le côté sacré de l’hospitalité : la philoxenia.

Venez visiter la Grèce, venez vous détendre en Grèce, venez vous amusez en Grèce sans aucun préjugé et sans aucune crainte, emportez un peu d’argent liquide mais utilisez préférentiellement votre carte de banque- car sachez le bien, seules les cartes grecques sont limitées - et avant de partir, nous vous conseillerons deux lectures pour vous mettre dans le bain : « L’été grec » de Jacques Lacarrière et « Le colosse de Maroussi » de Henri Miller, deux illustres visiteurs qui vous introduiront dans ce pays magnifique – et une fois sur place, si vous avez des questions, n’hésitez pas, les Grecs n’aiment rien de plus qu’une occasion de refaire le monde autour d’un bon verre toujours accompagné d’un savoureux mezze.