Une chronique de Xavier Zeegers (xavier.zeegers@skynet.be).

Charles Delhez, prêtre chroniqueur, et Mgr Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles, ont débattu dans ces pages de Jean-Paul II, ce saint qui a sa part d’ombre.

Que retenir du débat entre le prêtre chroniqueur Charles Delhez et son contradicteur archevêque émérite de Malines-Bruxelles Mgr Léonard ? (Cf. LLB des 22 et 27 mai). Que l’apôtre Jean avait sûrement raison de citer le mot de Jésus : "Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père." (Chapitre 14, verset 2.) Qu’ensuite les querelles sanglantes à propos des Papes se civilisent. On ne sort plus les dagues, comme pour Benoît X en 1058, mais les plumes pour argumenter. Saluons ici cette salutaire évolution.

Il s’agit donc du bilan du 265e serviteur du Christ, saint Jean-Paul II. On me dira : quel toupet ! Quelle est votre légitimité à évoquer ce sujet, vous l’agnostique ? Justement : j’ose car j’ai écrit en 2003, pour ses 25 ans de pontificat, une chronique intitulée : "Jean-Paul II le magnifique". Carrément. Parce qu’alors il semblait usé, épuisé même, devenu dans l’opinion ambiante une sorte de has been lassant, agaçant même, encombrant presque : les médias faisaient déjà des paris sur sa succession comme un turfiste se languit de miser sur la prochaine course. Un climat ingrat à son endroit, et fort peu chrétien…

Je l’ai défendu car le tenait - et le prend encore - pour un géant du XXe siècle, déjà au vu de la photo de sa rencontre à Rome avec Gorbatchev le 1er décembre 1990, dite de "la maison commune européenne" qui incarnait leur volonté de réunir enfin l’Europe de l’Ouest et de l’Est, tant il est vrai qu’on ne respire bien qu’avec ses deux poumons. Et cela en renonçant aux offenses du passé, aux conflits séculaires et sans humilier quiconque, soit l’antithèse du si calamiteux traité de Versailles de 1919.

Aujourd’hui, j’accorde même un crédit supplémentaire à Wojtyla pour avoir eu l’intuition forte - et juste qui ne le voit ? - que la déferlante libérale et consumériste ne remplira pas le "vide" créé par la chute du communisme, en lien avec sa conviction que la seule jouissance matérielle, la cupidité et la surconsommation remplissent peut-être les ventres mais pas forcément les esprits. Qu’il n’y a pas d’idéal qui vaille sans un minimum de spiritualité. On pouvait réfuter cette posture de briseur d’ambiance, à rebours de l’euphorie d’alors, tout comme son conservatisme moral en matière de mœurs mais il n’imposa rien par la force que l’on sache, et sûrement pas avec sa garde suisse.

Et l’on voit bien que même des fidèles rechignent mais c’est leur affaire : pour mon bagage éthique, je n’ai pas besoin de porteur. Reste que son refus de toute démagogie m’impressionna.

À ce moment-là le chancre de la pédophilie n’était pas encore médiatisé. On ne savait rien ? Impensable : la diplomatie du Saint-Siège avec ses 13 000 paroisses et ses centaines de diocèses est le service secret le mieux renseigné au monde, et pourvu d’un puissant relais diplomatique. Le Pape aurait pu, aurait dû être alerté. Bernard Leconte, son biographe, avance cet argument : depuis la trahison de Yalta, dans une Pologne stalinienne confinée par la propagande, l’outrage le plus pervers était d’accuser les prêtres de pédophilie. Le Pape, écœuré, abhorrait ce piège pourtant devenu obsolète, ignorant un changement de paradigme dont il était pourtant le principal artisan. Reste qu’il est navrant que l’abcès n’ait pas été crevé à temps. Car les victimes, elles, savaient. Sans être entendues.

Alors Charles Delhez a raison : il ne faut plus être tétanisé par la perfection d’un saint (de tout homme, ajouterai-je), qui a forcément sa part d’ombre. C’est Marthe Robin, la mystique inspiratrice des Foyers de Charité, qui disait : "N’ayez pas l’amour de la perfection, mais soyez parfaits dans l’amour." Son conseiller spirituel, le père Finet, dérapa aussi, tout comme Jean Vanier. Quand une forêt prend feu, il ne faut pas en vouloir aux pompiers. Ni traiter de crapauds venimeux ceux qui sonnent le tocsin. Du reste ils n’ont pas de venin, juste de la bave et l’adage cité par Mgr Léonard ne se réfère pas aux étoiles mais à la blanche colombe. Il y a bien une ombre sur la soutane blanche d’un Pape déjà inondée de son sang versé sur elle, ne l’oublions pas non plus. Mais il n’est pas obligé qu’une grande admiration suppose une vénération effrénée. "Petits enfants, gardez-vous des idoles." (St Jean 5.21.)

Titre de la rédaction. Titre original : "Le crapaud et la colombe"