Fils d'un haut magistrat londonien, Thomas More apprend le grec, le latin, la rhétorique et le droit. En 1499, il se lie d'amitié avec Erasme, de 12 ans son aîné. More devient avocat et entre en politique. Le roi Henry VIII lui demande de se mettre à son service, comme diplomate et vice-shérif de Londres. En 1516, il publie en latin "L'Utopie", qui connaît un grand succès. More est comblé, tant dans sa carrière que dans sa vie familiale. Hélas, les ennuis s'annoncent. Catholique fervent, More n'accepte pas le divorce d'Henri VIII, dans lequel il voit une injuste répudiation de la Reine. Pour protester, il démissionne de sa charge de grand chancelier du royaume. Ses biens sont confisqués sur ordre du Roi. L'affaire n'est pas finie. Excommunié par le pape, Henri VIII force tous les chrétiens à le reconnaître comme chef de l'Eglise d'Angleterre. More refuse, il est accusé de haute trahison et décapité en 1535.

La force de "L'Utopie" est de pouvoir se lire à plusieurs niveaux. C'est d'abord une fiction, racontée comme une histoire vraie. More s'y met en scène recevant un voyageur nommé Raphaël Hythlodée, revenu d'un lointain pays : Utopie. Il s'agit d'une île en forme de croissant, comptant 54 cités partageant toutes la même langue, les mêmes coutumes et les mêmes lois. Les gens y sont répartis par groupes de 30 familles et s'adonnent avec joie aux travaux des champs. Le temps libre est consacré à l'étude. Un gouverneur et un Sénat élus règlent les affaires publiques. L'argent n'existe pas : toutes les ressources sont mises en commun et consommées selon les besoins de chacun. Les Utopiens ont en horreur l'or et les pierres précieuses, qui servent de jouets à leurs petits enfants. L'oisiveté, la beuverie, la luxure, sont interdites. Les Utopiens ne cherchent pas la guerre, mais ils la font sans pitié, sans hésiter à employer des mercenaires ou corrompre l'ennemi. En matière de religion, si les Utopiens sont libres d'honorer les dieux qu'ils veulent, ils ont l'obligation de croire à la survie de l'âme et au jugement dernier; sans cela, ils ne se sentiraient pas tenus de respecter les lois et la morale. Voilà tout ce que rapporte un Raphaël Hythlodée enthousiaste et même fanatique. Face à lui, More adopte une position nuancée, déclarant apprécier certaines idées, en jugeant d'autres absurdes.

On pénètre ici dans le deuxième niveau de lecture. Le mot grec utopie signifie "sans-lieu" ou "nulle part". L'île d'Utopie est donc, littéralement, le pays qui n'existe pas. Le sous-titre du livre donne une idée plus précise du projet de Thomas More : Traité sur la meilleure forme de gouvernement . C'est d'un ouvrage politique qu'il s'agit. Mais là où Machiavel se piquait de donner des leçons directes aux gouvernants, More adopte un chemin détourné, métaphorique. Il présente une société idéale - en tout cas, à ses yeux - qui est une alternative possible aux sociétés de son temps. Ainsi, il peut critiquer le gouvernement et même le Roi, sans en avoir l'air, puisqu'il prétend ne pas accepter tout ce que Raphaël Hythlodée et les Utopiens défendent.

POUR ALLER PLUS LOIN

Thomas More, "L'Utopie", GF-Flammarion n°460, 1987. Un texte facile à lire, plein d'idées curieuses, tantôt séduisantes, tantôt effrayantes.

Paul Golding, "Thomas More", DDB (Petites vies), 2002. Une biographie de l'auteur.

Sur www.lalibre.be vous trouverez : cette page téléchargeable, un forum ouvert au débat et à vos interventions, ainsi que des liens pour aller plus loin.

Mardi prochain : Montaigne.

Dans "Idéologie et utopie", le philosophe français Paul Ricoeur a montré le rôle positif de l'utopie. Elle n'est pas une pure rêverie, ni une simple critique des pouvoirs existants. Elle est une "société possible" qui permet d'imaginer comment les choses pourraient être, vers quoi on devrait aller. L'utopie est donc un outil important de la pensée politique. Et si les fictions n'ont pas manqué, depuis la République idéale de Platon jusqu'au Phalanstère de Fourier, en passant par la Cité du Soleil de Campanella et bien d'autres, c'est certainement l'Utopie de Thomas More qui incarne le mieux le genre.

  • La pensée de Thomas More
  • Téléchargez "L'Utopie"


    Copyright illustration - KANAR