Opinions
Une opinion de Bernard Hennebert, administrateur à la Ligue des usagers culturels (LUC), auteur du livre Les musées aiment-ils le public ? (Editions Couleur Livres)


Depuis ce 1er janvier, le prix du billet d’entrée au Musée royal de l’armée est passé de 5 à 10 euros !


L’entrée du Musée royal de l’armée (MRA) n’est pas ajustée en fonction de l’évolution du coût de la vie mais a augmenté de 100 % ce 1er janvier. Le billet plein est passé de 5 à 10 euros, et ce, abruptement, comme un fait du prince (ou du général ?), puisque sur le site internet aucune explication, ni excuse ne sont proposées aux futurs visiteurs. Il paraît que ce qui différencie les initiatives culturelles des autres activités économiques serait leur supplément d’âme. On en est loin… Comment se positionne par rapport à ce fait notre nouveau ministre de la Défense Didier Reynders (MR) ?

Pas de gratuité pour la jeunesse

Ceci est d’autant plus inacceptable que, lorsqu’on détaille davantage la tarification 2019 de ce musée situé sur le plateau du Cinquantenaire, on constate, en ce qui concerne le jeune public, que la gratuité quotidienne n’est prévue que pour les enfants de moins de 6 ans alors que les jeunes de moins de 18 ans entrent gratuitement dans la majorité des autres musées fédéraux : Musée Magritte, Musée d’art ancien, Musée fin de siècle, Musée d’art et d’histoire, Musée des instruments de musique, etc. Cette mesure bruxelloise n’a d’ailleurs rien d’extravagant puisqu’elle est bien en deçà de celle qui est pratiquée à Liège où tous les musées de la Ville offrent la gratuité quotidienne aux moins de 26 ans.

Illégal ?

Depuis janvier 2016, le Musée de l’armée interdit qu’on paie son entrée avec de l’argent liquide. Il faut impérativement recourir à une carte bancaire. Cette situation est totalement inédite dans le secteur des musées.

Depuis le début 2016, plusieurs doléances à ce sujet ont été adressées auprès du service de coordination des plaintes du musée. Les réponses furent vagues, en langue de coton jusqu’à ce positionnement beaucoup plus précis, le 2 janvier 2017 (il y a donc près d’un an), du lieutenant-général (e.r.) Oger Pochet, directeur a.i. MRA : "J’ai bien reçu votre plainte relative au seul mode de paiement actuellement disponible au musée pour l’achat de tickets d’entrée […] Il est dans notre intention d’offrir à notre clientèle la possibilité d’un paiement en espèces. Soucieux de la sécurité de notre personnel et de la tenue d’une comptabilité efficace et efficiente, nous envisageons l’acquisition d’un système automatisé (caisse automatique billets/monnaies) via la procédure d’un marché public. Ce mode d’acquisition nécessite de nombreuses démarches administratives et du temps. Étant soumis par ailleurs à l’avis de l’Inspecteur des finances, un premier projet de marché en ce sens a été récemment interrompu en 2016, entre autres pour des raisons de prudence budgétaire. Ce projet de marché lui sera représenté dans le courant de ce mois […]."

Depuis, rien n’a changé pour les visiteurs qui continuent d’être refoulés s’ils ne peuvent présenter une carte bancaire à l’entrée. Lors d’une de mes visites, le ou la préposé(e) à la caisse m’a confirmé un pourcentage de 15 à 20 % des visiteurs à qui cette situation posait problème. Et pourtant, on peut estimer que cette particularité de paiement soit illégale si on la compare à celle des distributeurs de billets de stationnement à Bruxelles exclusivement alimentés par carte de banque. Celle-ci fut assimilée à une pratique commerciale déloyale en 2016 par le SPF Économie.

En haut lieu, la situation est connue. Une question parlementaire posée par Gautier Calomne (MR) début 2017 au ministre des Armées n’a pas abouti à une évolution concrète.

Le public n’est pas informé

On peut parler de désintérêt total pour les visiteurs, voire de mépris, lorsqu’on constate ce fait supplémentaire : depuis deux ans, le Musée de l’armée distribue sans vergogne un peu partout en Belgique son dépliant de présentation plutôt luxueux où les prix d’entrée sont clairement notés mais où ne figure pas l’indication qu’il est indispensable de se munir d’une carte bancaire pour pouvoir admirer les armes, les avions ou monter par ascenseur au sommet des arcades du Cinquantenaire pour y découvrir l’un des plus beaux panoramas de la capitale.