Une chronique de l'humoriste Pierre-Emmanuel alias PE, qui nous raconte son retour en terrasse ce samedi 8 mai.

Ce matin la presse titrait: Une fusée chinoise "hors de contrôle" va retomber sur Terre. Immédiatement je me suis dit: une chance sur combien pour que ce soit sur notre terrasse? Je sais que c’est con, mais c’est la première chose à laquelle j’ai pensée.

Ça y est, c'était le grand jour, la tant attendue réouverture des terrasses. Autrement dit, aujourd’hui, en Belgique, c’est l’équivalent du Nouvel An.

Quel plaisir, quel bonheur - que dis-je ? - quelle euphorie que de pouvoir retourner boire un verre en terrasse !

En revanche, la météo n'a pas joué en notre faveur. On avait beau être en mai, j’avais l’impression d’être déjà fin octobre...

Heureusement j'étais bien équipé car, vivant en Belgique, depuis toujours, j’ai bien conscience que, dans notre beau pays, il n’y a que deux saisons humides: la froide et la pas spécialement chaude.

Du coup, je ne pensais pas un jour écrire cette phrase, du moins pas à 35 ans, mais pour une fois que je sortais de chez moi pour aller ailleurs qu’au supermarché, ça faisait du bien. Direction le Wine Up à Jodoigne.

En arrivant sur place, l’ambiance était bon enfant, tout le monde se disait bonjour, un peu comme dans une salle d’attente, sauf que, cette fois, personne n’avait l’air malade.

A mesure que la terrasse se remplissait, le bruit grandissait, on n’a pas pris la peine de mesurer l’intensité du volume sonore, mais nous devions être bien au-dessus des 80 décibels autorisées par le gouvernement.

D’ailleurs en parlant du gouvernement, petite parenthèse, au beau milieu de la soirée, un homme s’est levé pour porter un toast en disant simplement : "Ça fait tellement du bien, on ne se connait pas, mais je suis content de vous voir. Et pendant qu’on fait la fête, n’oubliez pas que le Vandenbroucke est sûrement en train de finir une partie de solitaire sur son vieux Windows 95… santé".

C’était sorti de nulle part, c’était pas bien méchant, mais ça nous a tous bien fait rire.

Quel bonheur, ça faisait tellement plaisir de ne plus devoir inviter clandestinement des gens chez soi, car oui, en effet, il m’est arrivé de transgresser les règles...

Vous savez ce qu’on dit: on a tous en nous un peu de Jean-Marc Nollet, on est des êtres humains avant tout et, en même temps, face au Covid, il y a deux catégories de gens: ceux qui ne respectent pas les règles et ceux qui mentent.

© Pierre-Emmanuel alias PE
Je crois que ce qui était le plus formidable, c’était de revivre une soirée normale, à parler de tout et de rien, mais surtout de ne plus parler du Covid, du vaccin ou encore de Blanche-Neige.

Une soirée où le simple fait de croiser le regard d’un ou d’une inconnu(e) donnait envie de sourire bêtement. En plus l’avantage d’un sourire, c’est que ça fait plaisir. Sur cette terrasse, comme sur bien d’autres, c’était tout simplement du bonheur.

Comme le chantait si bien James Deano, "On va squatter les terrasses". Et vu cette première sortie, la saison s’annonce formidablement dingue. En plus, chance pour nous, la fusée ne nous est pas tombée sur la tête.

Du coup le mot de la fin: "J’peux pas, j’ai terrasse" is the new "j’peux pas, j’ai piscine".