Opinions

À quoi ressemble le catholique ? À un petit quincaillier de province qui tient tant bien que mal son fonds de commerce en attendant la retraite ? Pourquoi se tait-il sur ce qui lui est essentiel ? Pourquoi témoigne-t-il si peu de la foi qui le fait vivre, au point de la voir disparaître du paysage occidental ? Avec l’essai Un catholique s’est échappé, c’est une riche réflexion et un véritable manifeste que livre Jean-Pierre Denis, le rédacteur en chef de l’hebdomadaire La Vie. Il n’y a plus à tergiverser, insiste-t-il : le cœur haut, munis de leur credo et habités des "valeurs faibles" que sont l’humilité, la charité, la fidélité… les catholiques doivent retrouver l’ardeur de la rencontre. Et cela, non pour défendre un bastion, mais pour vivifier une culture face à l’horizon consumériste qui "broie" tout. Car si l’Européen ne croit plus en Dieu, ce n’est pas tant qu’il n’est plus assoiffé de Lui, c’est que, pris dans la vitesse et le brouhaha, il "ne Le croise pas dans son smartphone". Les questions existentielles le taraudent toujours, insiste Jean-Pierre Denis. Il revient aux chrétiens non pas d’asséner, en réponse, une idéologie bien ficelée, mais d’attester de ce qui les fait vivre.