Une opinion d’une trentaine de jeunes chrétiens ayant participé au "micro-synode sur le monde numérique".

Internet et les réseaux sociaux constituent une opportunité sans précédent d’entrer en relation avec un grand nombre de personnes. Et l’outil numérique présente une richesse extraordinaire pour entrer en communication les uns avec les autres. Pourtant, cet espace est aussi le lieu de l’isolement, de doubles vies et d’une véritable submersion.

Réfléchir ensemble

Jeunes chrétiens, issus de toute la Belgique francophone, nous avons répondu favorablement à l’appel de Monseigneur Jean Kockerols, évêque référendaire pour la jeunesse, et dans la continuité de l’exhortation apostolique du Pape François, Christus Vivit (Rome, mars 2018), nous nous sommes réunis à Bruxelles du 11 au 13 octobre afin de réfléchir ensemble, dans la fraternité et dans la prière, à un juste équilibre pour qu’internet soit un lieu qui porte et reflète la charité chrétienne pour une recherche commune de ce qui est vrai. Cette réflexion, nous l’avons spécifiquement portée comme chrétiens, mais avec le souhait qu’elle puisse rejoindre toute personne de bonne volonté et de la sorte, constituer une modeste, mais sincère contribution à l’édification pour tous d’un monde numérique qui puisse être plus proche de la justice et de la paix, de l’amour et de la vérité.

Dégager des repères

C’est sous la forme d’un "micro-synode", inspiré du synode des évêques à Rome que nous avons travaillé ensemble. Et nous avons pu dégager des repères, autour desquels nous nous sommes accordés. Chacun pourra les accueillir dans la mesure où ceux-ci lui paraîtront ajustés. Ainsi, il nous a semblé que le discernement était important : s’assurer de l’exactitude de ce que nous « publions », de l’adéquation entre le message que nous désirons transmettre et les termes que nous utilisons, de parfois faire le choix du silence et de prendre le temps, de nous interroger avant sur l’état d’esprit qui sera le nôtre après. Il nous a semblé également important de mettre en avant la vocation de ces réseaux à nous rapprocher les uns des autres et non à nous éloigner, pour rechercher ensemble la vérité, en privilégiant les témoignages dans un dialogue constructif sur des débats parfois stériles. Il nous a paru essentiel de rappeler que la bienveillance implique de prendre conscience que derrière chaque propos, il y a une vraie personne avec toute sa complexité. Ainsi, nous pensons que le dialogue et le débat seront d’autant plus riches que nous prendrons au sérieux les personnes avec lesquelles nous entrons en relation, en acceptant leurs différences, en aspirant nous en enrichir et à leur offrir ce que nous possédons de meilleur. Il nous importe enfin d’ancrer notre démarche dans une progressive connaissance de nous-mêmes dans toutes nos dimensions physique, spirituelle, émotionnelle ainsi que dans un enracinement au plus profond de nous-même.

Au service de notre épanouissement et celui de tous

C’est donc en considérant ces repères que nous avons élaboré, voté et synthétisé une proposition (lien ci-dessous). À travers son contenu, nous espérons promouvoir les réseaux sociaux comme moyen de rapprochement entre les personnes, de dialogue et de rencontre. L’espace numérique est alors un lieu au service de notre épanouissement personnel et mutuel et non l’inverse, et où nous pouvons trouver de nombreuses ressources et personnes y jalonnant notre chemin de vie.

À cet égard, nous avons perçu que la communication doit pouvoir permettre la transmission de notre message à autrui, en ayant à cœur qu’il se sente concerné et respecté. Pour cela, elle doit se faire avec humilité, non seulement dans notre esprit, mais qui puisse aussi se percevoir dans notre manière d’agir, à l’exemple du pape François, un communicateur hors pair. Cela nous conduit aussi à nous encourager nous-mêmes, comme jeunes, à ce que notre communication traduise à la fois un professionnalisme et de l’authenticité dans cette démarche.

Une plus grande harmonie entre les personnes

Considérant tout cela, nous encourageons également le lecteur à s’ouvrir à la réflexion qui a été la nôtre et, pourquoi pas, à l’enrichir de sa propre expérience, de ses ressources et intuitions pour construire des espaces numériques, nous l’espérons, plus fraternels et donc favorisant une plus grande harmonie entre les personnes.

La charte : ici