Une lettre de Corinne Moreau, directrice d'école fondamentale, à Caroline Désir, ministre de l'Education.


Chère Madame La Ministre,

C’est avec colère et grande inquiétude que je me permets de vous adresser ce courrier.

Je suis directrice d’une école à deux implantations dont une qui a failli fermer il y a trois ans. Ce n’est pas sans effort que nous nous sommes accrochés et que nous remontons bien la pente grâce à une dynamique collective à savoir un partenariat école – famille efficace.

Il y a trois semaines, une enseignante primaire de cette petite implantation a pris un congé maladie de neuf jours pour une grippe. Il s’agit d’une classe à deux niveaux (P1/P2) de 23 élèves dont plusieurs à troubles spécifiques. Je cherche en vain un remplaçant. J’en arrive à chercher du côté des enseignants à titres suffisants. Mon intérim ne plait pas car il est trop court. Entre-temps, l’enseignante prolonge d’une semaine jusqu’au congé de carnaval sans savoir si elle va reprendre après. On lui a découvert d’autres problèmes de santé.

Actuellement, je trouve des solutions en interne grâce à l’aide des enseignants maternels et primaires. Les enfants ont actuellement quatre enseignants différents sur la semaine sans compter une enseignante maternelle qui termine sa journée en pleurs chaque jour car elle a du mal à gérer et une deuxième enseignante qui vient de se découvrir un problème rénal et qui ne pourra pas assurer la semaine.

Ce matin, je ne vous cache pas que certains parents étaient très nerveux face à une telle situation. Je ne vous raconterai pas les détails ! Gérer le terrain en direct demande d’avoir les épaules pour calmer les émotions de tout un chacun.

Que faire Madame la ministre ? Je reviens d’une journée de formation sur le plan pilotage. On nous parle d’un contrat d’objectifs avec résultats à la clé et d’une école inclusive. Croyez bien que j’ai du mal à concevoir un Pacte d’excellence dans de telles conditions de travail. Nous devons assumer un contrat d’objectifs avec des enseignants aux titres suffisants voire sans enseignant ! J’ai vraiment l’impression de bricoler mais nous parlons d’enfants et non d’objets. La situation est vraiment inquiétante. Nous sommes dans l’humain ! Et nous avons la responsabilité de former les adultes de demain !

Je me sens démunie par rapport à cette situation et déçue du manque d’aide concrète du système. Effectivement, l’écoute est présente mais elle est loin d’apaiser notre colère d’enseignants et nos inquiétudes.

Quel serait votre plan d’actions, Madame la ministre, pour atteindre l’objectif d’une école de la réussite pour tous ? et d’un pacte d’excellence en tenant compte de la pénurie d’enseignants ?

Dans l’attente de votre réponse, Madame la ministre, je vous remercie pour l’attention que vous porterez à ce courrier et vous présente mes salutations respectueuses.

Ecole Notre-Dame de Bon Secours 04/264 19 62

Rue de Hermée, 13 à 4040 Herstal

Ecole Libre des Monts 04/375 51 99

Rue Campagne des Monts, 19b à 4040 Herstal