Le Dieu pudique s’offre à nos regards, sous les traits d’un Enfant nu, livré aux soins des hommes. Une chronique d'Eric de Beukelaer.

Au cours du pèlerinage diocésain à Lourdes cet été dernier, on me proposa de me mettre au service de l’hospitalité des malades. Pareille expérience fut pour moi une première. Et quelle expérience… Des frères malades ou handicapés m’étaient confiés, afin que je leur prodigue les soins les plus intimes. Paradoxalement, jamais de toute ma vie n’ai-je ressenti autant de pudeur. Tout passe par le regard et se noue dans l’échange d’un sourire. Ainsi, ce jeune paraplégique que je venais de nettoyer et de langer - tel un nouveau-né - me mettant à l’aise avec humour : "Allez, pour les soins d’aujourd’hui, je te donne 8 sur 10." Dans un monde si facilement impudique, où les réseaux sociaux sèment à tout vent, rumeurs suggestives et photos voyeuristes, cet apprentissage me ramena au mystère de la crèche. À Noël, le Dieu pudique s’offre à nos regards, sous les traits d’un Enfant nu, livré aux soins des hommes. Noël est une des clefs d’accès vers cette Vérité chrétienne, aussi connue qu’ignorée : c’est dans le dénuement que le Tout-Puissant se donne à connaître et à aimer. D’où le désarroi de ces baptisés qui rêvent d’un dieu "qui ne se laisse pas faire" - un dieu respecté et craint. Ceux-là se battent, avec un égal zèle, pour mettre des crèches sur les places publiques… et pour en chasser les réfugiés. Mais aiment-ils ce Dieu nouveau-né, nu dans une mangeoire ? Mais aiment-ils ce Dieu supplicié, nu sur une croix ? La pudeur de Dieu est folie aux yeux de ceux qui se laissent aveugler par leurs désirs narcissiques. Seul celui qui demande à l’Esprit un cœur de pauvre, y reçoit accès. "Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits." (Luc 10, 21)

Propos abscons… ? Non, discours d’une simplicité biblique. Ce qui est vrai pour Dieu, est d’ailleurs tout aussi vrai pour l’homme. Tant que notre entourage ne connaît de nous qu’une façade mondaine, soit la personnalité que nous nous sommes socialement construite, ou celle dont le regard extérieur nous affuble, une rencontre en vérité n’est pas possible. Celle-ci advient lorsque je puis me montrer à mon prochain tel que je suis - dans ma nue vérité - et découvrir l’autre dans la sienne. Alors, se réalise quelque chose de la magie de Noël au cœur de nos vies et de nos familles : avec pudeur et dénuement, les âmes se dévoilent.

Mystère de Dieu, mystère de l’homme… Voilà qui conduit au mystère de l’Église. Aux yeux du monde, celle-ci n’est qu’une vénérable institution, ballottée tel un vieux paquebot à l’équipage grisonnant, entre les tempêtes de la sécularisation et des scandales. Beaucoup parient dès lors sur son proche naufrage. Aux yeux de l’Esprit, cependant, l’Église se révèle comme un peuple de boiteux - comme vous, comme moi - qui s’agenouille devant un Nouveau-Né, afin qu’advienne la crèche en ce monde. L’Église n’est pas d’abord forte de ses cathédrales, de ses ornements, de ses foules, ou de son clergé. Elle est forte de ses saints - connus ou anonymes - qui osent l’Évangile dans toute sa nudité. Elle est forte d’avancer avec pour étendard un Enfant, qui scelle la Vérité sur Dieu et sur l’homme. Cela, l’esprit mondain ne peut le comprendre. Lors de Son procès, le Christ déclara à Pilate : "Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix" (Jean 18, 37). Mais le gouverneur romain appartenait à une autre vérité, celle des légions romaines. Il rétorqua donc au Condamné, avec une pointe de sourire condescendant : "Qu’est-ce que la vérité ?" La Vérité se tenait là, enchaînée devant lui, mais Elle ne lui répondit point. Parfois, il ne reste que la pudeur pour que Dieu se révèle. Sainte Nativité à vous et à vos proches. Surtout si vous vivez Noël dans le dénuement… Tel l’Enfant de la crèche.

(1) : http://minisite.catho.be/ericdebeukelaer/