Une carte blanche envoyée par un ensemble de signataires (voir ci-dessous).

L’idée nouvelle et tonique de créer à Bruxelles un "musée du dessin humoristique" constitue une alternative au "musée du Chat" (1). Il faut l’élargir en lui accordant une dimension européenne et aussi en prenant en compte le genre culturel complémentaire : celui du dessin satirique. Ce genre a été initié en Europe dès le XVIIIe siècle et il a depuis fleuri en abondance, captivant l’intérêt d’un très large public.

Satire et humour

Créons à Bruxelles un musée à vocation européenne, s’inscrivant dans l’objectif de faire de la ville la "capitale européenne de la culture en 2030", dédié à l’histoire et à l’actualité des deux grands genres complémentaires de dessins qui ont toujours su captiver l’intérêt d’un très large public : la satire et l’humour.

Un musée où les nombreux dessinateurs et illustrateurs de talent, d’hier et d’aujourd’hui, auront une place équilibrée dans les expositions permanentes, et qui pourra accueillir des expositions temporaires de niveau international. Dans ces conditions on pourra apaiser la polémique qui se développe. Et surtout trouver une solution permettant aux financements privés et publics régionaux et fédéraux d’être mobilisés de façon complémentaire, transparente et politiquement acceptable. Ce sera aussi pour les néerlandophones une solution plus équilibrée.

Nous avons en Belgique une foule de talents dans ce domaine. Royer, Kroll, Cécile Bertrand, Cost, Gal, Marec, Geluck, etc. Et en Europe : Plantu, Siné, Chappaz, Burki, Reiser, Wolinski, Coco, David Levine, Ronald Searle, etc.

Les artistes belges et étrangers concernés pourraient participer à cette création en faisant don ou en assurant le prêt de leurs œuvres. Une gestion collégiale et paritaire serait installée. Le projet devrait probablement être revu pour correspondre à la nouvelle définition de sa fonction. La partie des locaux uniquement consacrée à l’histoire du Chat devrait être modifiée de même que la première partie de l’appellation actuelle du "musée". Et il serait peut-être préférable de choisir une autre localisation ? Au passage, on ne pourra que regretter que Bruxelles ne dispose toujours pas d’un véritable musée d’art contemporain.

Caramba !

Tout cela implique probablement un certain courage politique et une concertation large. Mais, si cela devait aboutir uniquement à une bataille stérile entre partis politiques, il ne nous resterait plus qu’à nous écrier comme le perroquet dans une aventure de Tintin : "Caramba encore raté !"

Signataires : 

François Beukelaers, acteur. Jean Brasseur, ingénieur. Nicole Cahen. Jean-Noël Capart, paysagiste. Francine De Boeck, graphiste. Pierre Defraigne, économiste. Jean Dethier, architecte (Paris). Yves Eeckhout, biologiste. Marc Errera, architecte. Marianne Gailly, professeure de lettres. Danièle Gillemon, journaliste. Nadine Glibert. Pierre Jaccaud. François Legein, psychiatre. Béatrice Logie. Philippe Logie, architecte. Albert Martens, sociologue. Marc Molter, paysagiste. Christian Neirynck. Francoise Sturbelle. Marc Wolff, architecte.

(1) Notons que le futur "Musée du Chat" sera aussi celui du dessin d'humour. Il inclura d'autres artistes que Philippe Geluck. NdlR