Cette carte blanche est portée par une vingtaine de signataires (voir ci-dessous). Elle fait notamment suite au départ des Prémontrés de la paroisse de La Cambre que La Libre avait évoqué le premier avril dernier. Cette opinion sera suivie ce lundi sur notre site, ainsi dans le journal papier, par un dossier sur la situation de l'Église à Bruxelles et un entretien avec Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de la capitale.

"Le Seigneur cherche la proximité avec ce peuple et il formait le cœur de ses disciples à cette proximité avec la foule… C’est ainsi que Jésus enseignait les apôtres à une proximité avec le peuple, le peuple de Dieu." (Homélie du pape François à Sainte-Marthe du 24 avril 2020)

Les annonces précipitées du départ des Pères Prémontrés de l’Abbaye de La Cambre et de celui du prêtre référent de l’église St Paul, sans préparation pour l’avenir et sans considération pour les paroissiens pourtant revenus en nombre comme autant de brebis retrouvées, laissent des milliers de fidèles pantois. Quelle est donc cette Eglise qui éteint ses flammes de foi et de vie ?

La logique de l'UP ne génère-t-elle pas elle-même la pénurie de prêtres qu’elle prétend pallier ?

Le droit canonique confère certes à l’Évêque ou Évêque-auxiliaire le pouvoir souverain de déplacer les prêtres d’une paroisse à l’autre. Il n’a en principe pas à tenir compte de l’avis des paroissiens. Lui seul sait ce qui est bon pour son Église. A Bruxelles, depuis une vingtaine d’années, les paroisses ont été regroupées en Unités Pastorales (UP). Face à la pénurie de prêtres et, dans certaines paroisses, à la diminution du nombre de pratiquants, ce regroupement est apparu plus rationnel. Cela permet de limiter les coûts et puisqu’on manque de prêtres, d’interchanger ceux-ci. Dans cette conception, qui est celle de l’Église à Bruxelles aujourd’hui, une UP qui compte trois prêtres pour trois clochers, qui plus est dans une commune sociologiquement privilégiée, c’est un luxe qu’une saine gestion ne peut, semble-t-il, tolérer. Saine gestion implique répartition équitable des ressources. La solution est, semble-t-il, évidente, il faut en retirer l’un des trois, et laisser les deux autres prêtres de l’UP assumer la pastorale de l’ensemble. Dans cette même optique, une paroisse dont les prêtres, de par leur vie moniale consacrée à la prière, ne peuvent répondre à l’exigence de "tourner" dans l’UP, ne peut perdurer. Leur contrat n’est pas rempli, ils doivent partir. Bruxelles perd deux prêtres. Deux clochers se retrouvent sans pasteur. Un lieu de culte d'une richesse historique et culturelle incontestée sera à court terme déserté. Triste réalité, que l’Eglise à Bruxelles veut nous faire admettre comme une fatalité justifiant le regroupement en UP. N’est-ce pas prendre le problème à l’envers ? Comment croire que priver brusquement de leurs pasteurs deux paroisses en plein essor pourrait être la réponse aux défis de l’Eglise d’aujourd’hui ? La logique de l'UP ne génère-t-elle pas elle-même la pénurie de prêtres qu’elle prétend pallier ? La sécularisation n’est-elle pas, en partie du moins, la conséquence plutôt que la cause de cette "saine" gestion ? Faucher ainsi des pousses prometteuses et en pleine renaissance sans plan pastoral établi en comptant sur les laïcs pour gérer bon an mal an l’avenir de la communauté, ne voue-t-il pas ces clochers à la désertification et à la fermeture ? On fait dans la gestion temporelle, pas dans le spirituel.

Nous, laïcs engagés, ne nous y retrouvons pas

L’Évêque décide souverainement. Il n’est pas tenu de consulter la base. Cependant, l’on s’interroge sur la manière dont, au XXIe siècle et dans une société incontestablement démocratique, de telles pratiques sont encore d’actualité. On s’interroge aussi sur leur cohérence avec le discours du pape qui recommande aux pasteurs de rester proches des fidèles. Ce qui se passe à Bruxelles nous paraît être le signe d’une Eglise autoritaire et éloignée de sa base. Une Eglise qui ne semble pas se soucier de la communauté vivante des fidèles qui la composent et l’animent, qui en sont la base et la force. Ni de tous ces laïcs engagés qui se donnent sans compter. La communauté implore son Évêque-auxiliaire de l’entendre. Il a d’autres priorités, leur dit-il. Alors nous, laïcs engagés, ne nous y retrouvons pas. On peut légitimement se poser la question de la cohérence du plan pastoral du Vicariat qui nie l’existence des fidèles tout en affirmant que "les laïcs engagés auront à aller plus loin dans la prise de responsabilités".

L’Église à Bruxelles ne fait certes pas dans l’émotion. Cependant, entre émotion et sourde oreille, n’y a-t-il pas un juste milieu, une place pour l’écoute et le dialogue ? Cette Église sourde se soucie-t-elle de savoir ce que deviendront les jeunes pousses de Foi nées dans le cœur des enfants venus se préparer aux sacrements de Première Communion, Confirmation et Profession de Foi ? Se soucie-t-elle des doutes et questions qui traversent l’esprit des jeunes venus rejoindre les rangs de la toute récente messe des jeunes ? Ou de ces centaines de scouts laissés sans aumônier ? Voit-elle la quête de sens et de confiance des futurs mariés et des jeunes parents venus faire baptiser leur enfant ? Perçoit-elle le besoin de spiritualité des moins jeunes qui, dans l’agitation de leurs vies familiales, professionnelles et sociales, viennent chercher auprès de leur pasteur un peu de quiétude et de force ? Se préoccupe-t-elle des aînés qui, au crépuscule de leur vie, trouvent, grâce à la présence de leur pasteur, le réconfort, la confiance et la paix pour pouvoir quitter ce monde sereins ? Et de tous ceux, croyants ou non, qui sont perdus ou dans le brouillard et qui, accueillis par leur pasteur, trouvent auprès de lui un peu de la Lumière et de l’Espérance qui nous vient du Père, un peu de cet Amour divin et de cet amour du prochain qui, peut-être, leur a tant manqué ? L’Église à Bruxelles ne joue-t-elle pas son avenir en coupant ce qui est vivant et qui porte du fruit, au risque de voir ses églises désertées ? L’Église à Bruxelles ne génère-t-elle pas elle-même en partie la perte de fidèles qui justifiera ensuite la fermeture des lieux de culte ?

La paroisse survivra-t-elle ?

Nous avons tenté à plusieurs reprises d’avoir un contact avec notre Évêque-auxiliaire ou avec notre Cardinal (entre-temps indisponible pour des raisons de santé et que nos prières accompagnent). Mais les autorités refusent de rencontrer les paroissiens. Le confinement a bon dos. Nous l’avons demandé bien avant déjà. L’Église, en refusant d’entendre ses fidèles, ne les contraint-elle pas à crier ? À crier fort et publiquement, faute de pouvoir obtenir un dialogue. Pas faute, cependant, de l’avoir demandé. Que s’est-il donc passé à Bruxelles pour que l’Église soit si sourde à ses fidèles ?

À la veille de mettre cette carte blanche sous presse, nous apprenons que le Vicariat a présenté aux responsables de la paroisse Saint-Paul une solution intermédiaire consistant en une mise à disposition temporaire d’un prêtre extérieur à l’UP qui viendra célébrer certaines messes. Nous l’accueillerons avec confiance et espérance. Les eucharisties seront donc en partie assurées. Pour autant, la paroisse survivra-t-elle ? C’est précisément la question dont nous aurions aimé débattre avec notre Évêque-auxiliaire. Notre souhait de pouvoir dialoguer de façon constructive avec les autorités ecclésiales reste entier.

"Prions le Seigneur pour les pasteurs, pour que le Seigneur leur parle toujours, pour que le Seigneur nous parle toujours, nous explique toujours. Qu’il nous enseigne à ne pas avoir peur du peuple chrétien." (Homélie du pape François à Sainte-Marthe du 24 avril 2020)

Liste des signataires

Marie Cruysmans; Bernard Dautricourt; Myriam Gendebien; Frédéric et Fabienne Puel; Jérôme de Bucquois; Gabrielle de Pérignon; Nicolas du Chastel; Soline de Looz; Beatrice de Furstenberg; Bernard Wauthoz; Marie-Jeanne La Grange; Paul Vander Elst; Isabelle Dhanis; Etienne et Monique De Smet; Christian-Charles et Marie-Christine Dupuis; François d'Adesky.