Opinions
Une recension de Bosco d'Otreppe.


Comment accueillir le migrant ? Pierre Jova pointe une des questions brûlantes posées au chrétien européen.


Certains livres aident à croire en l’apport particulier du journalisme. L’ouvrage de Pierre Jova en fait partie. En enquêtant sur un des enjeux les plus brûlants de notre époque, et en mettant le doigt sur un des débats les plus douloureux du christianisme - la question migratoire - le journaliste ne s’est pas contenté d’un long texte éditorialisant. Au plus près de la réalité qu’il décrit, il donne un visage aux migrants, et éclaire la diversité et la complexité de leurs situations. Dans le même élan, pour ne rien cacher des dilemmes, il a écouté ceux qui les accueillent comme ceux qui craignent l’accentuation des flux migratoires. "Loin du blanc romantique et du noir commode, la question migratoire est un océan de complexité, assure l’auteur. Seule la rencontre personnelle permet de le comprendre."

Le point de départ de l’ouvrage est ce paradoxe qui frappe le monde chrétien. C’est au sein des Églises que l’on rencontre ceux qui sont parmi les plus actifs et généreux dans l’aide apportée aux migrants. Et pourtant, dans le protestantisme comme dans le catholicisme, les débats relatifs à la question migratoire sont vifs. "Déchirés entre une parole biblique qui les engage , l’inquiétude de l’avenir et la méfiance de l’islam, les chrétiens offrent une palette d’attitudes, de dilemmes et d’hésitations." Ces tiraillements sont à l’image de la société dont ils font partie, mais il y a, chez certains chrétiens, la crainte plus particulière de voir l’Europe s’islamiser.

Sans tirer de conclusions - le livre cherche à les éviter - on peut tirer différents enseignements de l’enquête.

Ainsi, sur le terrain, la diversité des associations chrétiennes est impressionnante. Leur sagesse aussi, dans les missions qu’elles s’assignent et dans le dispositif qu’elles engagent. Plusieurs des exemples donnés méritent d’être étudiés. On ne pourra citer ici que le programme "Welcome" du Jesuit Refugees Service (JRS).

Le deuxième enseignement est que la crainte ressentie par certains chrétiens devant la question migratoire, si elle est parfois injustifiée ou instrumentalisée, ne peut être balayée d’un revers de la main. Elle témoigne de la complexité politique du débat.

Néanmoins, si le message chrétien "ne fournit pas clés en main un programme politique, il commande d’avoir un regard et une attitude charitables envers cet Autre" qui est, pour le croyant, une image de Dieu. En répondant présent aux appels de solidarité, "les chrétiens n’accomplissent que leur élémentaire mission. Il en va de la crédibilité de l’Évangile", avance Pierre Jova à titre personnel.

Ce regard sur l’Autre, cette nécessité pour le chrétien de vivre l’Évangile nécessitent pour autant plusieurs conditions.

Celle de s’interroger sur ce qu’est l’homme d’abord. Car derrière les questions de bioéthique comme derrière la question des migrants, on découvre la même interrogation. "Qu’est-ce que l’homme ? Quelle société allons-nous construire ? Qui est celui [l’enfant non désiré, le malade, le migrant] qui frappe à ma porte ?" s’interrogeait l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit.

Celle ensuite, pour l’Européen, de s’interroger sur ce qu’il a à offrir, et donc sur qui il est. Car le "Que faire ?" est indissociable du "Qui sommes-nous ?" Or, l’incertitude quant à cette deuxième question crée bien des inquiétudes devant l’avenir.

Celle enfin, pour le Vatican, "de formuler plus précisément le regard que l’Église invite à porter sur les migrations". Certes, la parole de l’Église sur le sujet est déjà riche, "toutefois, une encyclique consacrée spécifiquement au phénomène migratoire, dans le contexte actuel, aurait une répercussion accrue". "Si l’on ne veut ni massacre ni basculement complet de l’Europe dans le nationalisme et le populisme, on attend une réponse globale, civilisationnelle, une vision chrétienne exprimée à l’échelle de l’angoisse des Européens et de l’espoir des Africains", écrivait Jean-Pierre Denis dans un éditorial de La Vie cité dans le livre. Cette encyclique "devrait répondre à ce dilemme : tous les peuples ont besoin de frontières, toute humanité est migrante".

"Les chrétiens face aux migrants. Enquête" de Pierre Jova aux Éditions Tallandier. Février 2019, 318 pages, env. 21,90 €.