Opinions

L’égoïsme, l’idéologie nihiliste de l’épanouissement personnel et ce consumérisme appliqué aux relations humaines ont-ils noyauté voire dévoyé notre droit ? La magistrate Manuela Cadelli qui préface le livre Les enfants du droit pose frontalement la question à propos de notre législation investie en quelques années par une montée de l’individualisme et du libre arbitre alors que la loi est censée traduire l’intérêt général. Faible, incohérent, narcissique, ce “nouveau” droit nous ressemble-t-il ? Mais alors qui dorénavant va soutenir l’élan du “collectif solidaire”, plus grand que nous ?