Une lettre de Grégoire Kabasele, futur papa, à son fils.

La vie nous éprouve, mais nous en sortons plus fort. Dans cette période de confinement, il a souvent été question de savoir si j’allais participer à l’accouchement ou non. Je ne te cache pas que cela me fendrait le cœur de ne pas y être. Je t’attends depuis un peu plus de 8 mois et vivre ce moment si unique est essentiel pour moi. Peut-être qu’en chaque adulte sommeille un parent qui désire aider, aimer et accompagner.

Je t’ai pensé à travers un test de grossesse positif, puis vu à travers des échographies, ensuite senti bouger par le ventre de ta maman. Depuis le premier jour, je t’entends dans mes rêves et je te vois dans mes pensées. Peu importe ce qui se passera, sache que nous t’aimons et que nous t’attendons impatiemment. Tu changes ma manière de voir et de me présenter au monde. J’abreuve ma distance sociale par un amour parentale. Je me lave les mains plusieurs fois par jour pour ne rien te transmettre de viral car ta santé m’est vitale.

J’imagine ton sourire et ton regard me dire : "Papa, je suis là et tout ira bien." J’imagine que la vie enfermée avec toi me paraîtra plus supportable. J’imagine plus tard te déposer sans crainte à la crèche.

Nous réfléchissions à ce que nous devons avoir pour toi, puis on se dit que nous voulons simplement être avec toi. Être présent, Être parent et Être nous avec nos imperfections. 

Tu viendras rencontrer nos craintes, égailler nos vies et soulager nos journées plus difficiles par tes sourires.

Tu peupleras nos rêves de tes mimiques et notre existence de ta présence.

Tu siégeras dans le trône de nos cœurs en permanence.

Tu verras que la vie, mon fils, nous éprouve mais nous en sortons plus fort...

Comme les médias disent qu’il y aura un avant et un après Covid-19. Pour nous, il y aura un avant et un après toi. 

En attendant, je patiente en regardant tes photos d’échographie et en préparant ta venue. 

Je t’embrasse,

Papa

Titre de la rédaction. Titre original : "Lettre à mon fils…"