Plusieurs sujets d'actualité vous ont fait réagir cette semaine. Voici vos réactions. 

- L’Onu demande à la Belgique de s’excuser pour son passé colonial

Pour les experts de l’Onu, rien de bon n’a été fait en Afrique par les Blancs, ces illégitimes…

À propos du rapport des experts onusiens sur la situation des personnes d’ascendance africaine en Belgique (cf. La Libre, 11/02/2019), remarquons d’emblée le "sérieux" du travail des experts qui en huit jours réussissent à faire le tour de la question. Cela dit, la Belgique n’a pas souvent eu les faveurs de l’Onu, notamment en 1960-1961. Mais au moins, en ce temps-là, le ministre des Affaires étrangères, Paul-Henri Spaak, n’hésitait pas à la défendre avec vigueur […] Attaquer la Belgique (membre pour l’instant du Conseil de Sécurité, ce qui la rend encore plus malhabile à la défense), est évidemment plus facile que de prendre à partie d’autres pays colonisateurs ou ayant profité de la colonisation. Attaquer les États-Unis, ce qui ne doit pas être plus difficile même en une seule matinée d’examen, aurait été autrement dommageable pour les finances de l’Onu, Trump aurait vite fermé le robinet. Bruxelles se contentera de lever les yeux au ciel faisant semblant de ne pas voir les dégâts que ce genre de rapport peut instiller dans certaines parties de la population en Belgique. Ces recommandations sont un bel exemple de la victimisation ambiante des descendants d’anciens colonisés. On se croirait revenu au temps de l’apartheid en République d’Afrique du Sud ou aux temps des privilèges basés officiellement sur la naissance… Seules les personnes d’ascendance africaine peuvent comprendre leurs problèmes et les résoudre […] Évidemment, ce genre de texte implique, pour être bien entendu des destinataires "victimes instrumentalisées", d’être à sens unique. Rien de bon n’a été fait par les Blancs. Surtout ne leur demandez pas d’écrire l’Histoire, ils en sont non seulement incapables mais en plus indignes, illégitimes. Passent donc aux trappes de l’Histoire, l’ouverture de l’Afrique au monde, l’éradication de l’esclavage (guère évoqué dans les cénacles de l’Onu dans ses dimensions intra-africaines ou dans les courants Afrique-Moyen Orient), des guerres de voisinage, de maladies endémiques (mouche tsé-tsé) sans compter l’élévation du niveau d’instruction, de l’alimentation… Qu’une réflexion puisse être menée sur la situation de divers groupes de la population est tout à fait légitime. Que des corrections de certains comportements ou a priori soient nécessaires, tout en sachant que les évolutions sociales prennent parfois des générations, est compréhensible. Par contre, attaquer brutalement une société en lui imputant tous les péchés de Bruxelles (sic), c’est généralement contre-productif et peut entraîner des réactions épidermiques des différentes parties, autrement dommageables que les faits dénoncés.

-> Philippe Reul, licencié en sciences politiques et sociales, ancien enseignant, auteur d’ouvrages historiques, militant wallon et libéral

Je suis ulcéré

Comme beaucoup de vos lecteurs, je pense, j’ai été ulcéré par l’article que La Libre a consacré à un rapport d’"experts" du conseil des droits de l’homme de l’Onu sur le racisme manifesté par les Belges vis-à-vis des descendants d’Africains. En une semaine, ces "experts" sont parvenus à des conclusions sévères et formelles, et ce, sans avoir consulté le moindre de nos chercheurs universitaires qui travaillent sur ces questions. On peut en conclure que ces "experts" des droits de l’homme, courageux mais pas téméraires, préfèrent chercher des poux sur la tête de la peu agressive Belgique plutôt que de dénoncer l’absence totale de démocratie et de respect des droits de l’homme du Congo actuel, soumis à un coup d’État permanent et à une répression sévère des opposants ou manifestants.

-> Christian de Streel

Un crime contre l’Humanité

Chers Belges, personne ne vous a invités, ni vous, ni vos ancêtres criminels car la colonisation est bien un crime contre l’humanité et un manque de bon sens extrême. Les Belges n’ont pas mis fin à l’esclavage. Ils ont remplacé le trafic des arabisés de Zanzibar par le travail forcé dans la forêt équatoriale pour la sève d’hévéa qui a permis à la Belgique de sortir de la pauvreté pour devenir une puissance économique via le commerce du caoutchouc congolais.

-> Orlando Mangaboy

Que l’Onu commence par s’excuser

J’ai entendu à la RTBF et lu dans la presse l’info suivante : "L’Onu demande à la Belgique de s’excuser auprès des Congolais". J’ai cru avoir un infarctus. En décembre 1961, j’avais 15 ans. Ma famille et moi sommes les derniers à avoir vu l’ambulance de la Croix-Rouge qui venait essayer de nous évacuer. Elle s’est dirigée vers le quartier général de l’Onu pour obtenir un laissez-passer, a pris le tournant toute sirène hurlante puis silence… Trois personnes volontaires qui essayaient de nous aider venaient d’être assassinées. L’Onu (coupable d’offensives militaires contre les Katangais, dont des bombardements d’hôpitaux et de quartiers civils, NdlR), acceptera de verser une compensation aux familles des victimes, mais sans s’excuser et en niant toute responsabilité ! Alors, que l’Onu se permette de donner des leçons : non ! Si l’Onu veut des excuses, qu’elle présente les siennes.

-> Nicole Grégoire


- Le mandat du juge Hennart 

Le premier devoir de tout juge

Rester "objectif" et ne tenir compte d’aucun avis politique est le premier devoir de tout juge dans toutes les disciplines possibles ! Je pense que le juge Hennart a largement outrepassé ses prérogatives, ses devoirs et a largement mis à mal la justice… Ses prises de position auraient pu coûter au tribunal que les jugements qu’il avait pris soient annulés à la demande des justiciables par manque d’objectivité ! Ces interviews ont dû faire froid dans le dos à de nombreuses personnes. Il est temps que ce manège politisé cesse !

-> Nath Laly De Bosscher


- Prince Laurent et la Libye

Les Jaloux

Ce que dénonce le prince Laurent, ce sont des milliards qui se sont volatilisés étrangement et ce n’est pas normal ! S’il voulait s’installer en Libye c’est son droit ! Il participait à une immense plantation d’arbres ! C’est une juste cause ! Il a toujours bossé pour son pays ! Tant pis pour les jaloux! 

-> Marcel Delaunoy

Allez-y !

"Laurent aurait sans doute opté pour une autre vie que celle de prince." Qu’est-ce qui l’empêche de le faire ? Qu’il renonce à son titre, aux émoluments qui vont avec. Courageusement, chaque matin, il se lèvera à 5 heures, se préparera une mallette pour la journée, se paiera les bouchons des heures de pointe dans sa voiture et ira bosser à la chaîne dans l’industrie automobile, par exemple. Allez-y !

-> Patrick Brabant


- Le célibat des prêtres

Il faudrait ordonner des hommes mariés, mais aussi des femmes !

"Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis pour proclamer les louanges de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière" ! écrivait Pierre dans sa première lettre (2.7), à Rome, au début des années 60. Il s’adresse à tous les croyants et ne fait pas de différences entre de "simples" croyants et d’autres qui seraient prêtres car, à cette époque, cette différence n’existait pas. Vatican II voulait "redonner toute sa substance au sacerdoce commun des baptisés". Mais, hélas ! Cela ne s’est pas réalisé. Et aujourd’hui, le manque de prêtres est flagrant, contrairement à ce qu’affirme D. Janthial, dans La Libre du 5/02/2019 et la majorité des prêtres qui continuent courageusement leur sacerdoce sont de bons prêtres. Pourtant, nos concitoyens sont peu nombreux à la messe du dimanche ! Est-ce à dire qu’ils sont nécessairement de mauvais chrétiens ? Non ! Cela signifie simplement - du moins bien des cas - que la fréquentation dominicale ne leur semble pas importante… Car le Christ n’a pas dit : "Allez à la messe dominicale" ! Il a dit et répété : "Aimez-vous les uns les autres !" Le sociologue G. Cuchet a étudié la pratique dominicale en France et a constaté que, brusquement, dans les années soixante, la messe n’a plus été fréquentée que par une minorité. Pourquoi ? Peut-être parce que, dans certains pays, il existe un décalage important entre la hiérarchie conservatrice et le peuple chrétien ? La suppression de la règle du célibat des prêtres entraînerait-elle un changement significatif ? Cette règle n’existe que depuis le XIe siècle. Pourquoi a-t-elle été imaginée ? Parce que les prêtres mariés étaient de mauvais prêtres ? Non ! En fait, les prêtres ne sont pas des moines et, depuis un ou deux ans, Mgr De Kesel s’est déclaré favorable à l’idée d’ordonner des hommes mariés. Ce serait un bon début même si ces prêtres devaient parfois reconnaître qu’ils sont débordés comme c’est le cas pour nombre de nos concitoyens, n’en déplaise à D. Janthial. Tout récemment, dans l’avion qui le ramenait du Panama, François a fini par reconnaître que des hommes mariés pourraient à la rigueur devenir prêtres pour être envoyés dans les régions où le manque de prêtres est véritablement criant. Il ne l’a dit qu’avec une sorte de réticence… alors que, en Belgique et ailleurs, le nombre de prêtres mariés est important ! Ces prêtres sont le plus souvent désolés d’avoir été exclus injustement et seraient heureux de reprendre leur ministère. Et pourquoi ne pas ordonner des femmes comme c’est le cas depuis longtemps chez les protestants et les anglicans ? Les femmes ne sont-elles pas les égales des hommes ? L’opposition de la hiérarchie catholique à ces changements témoigne du fait qu’elle est fondamentalement opposée à la sexualité qui est pourtant un fait ! En septembre dernier, les évêques catholiques d’Allemagne ont annoncé un processus de "discussion ouverte ‘sur le célibat des prêtres et la morale sexuelle de l’Église’".

-> L.E. Leurquin-Lorent


- Grève

3 % pour changer une vie ?

Cette grève, même réussie avec une augmentation réclamée par les syndicats des salaires bruts de 3 %, montrera l’influence marginale que les politiques et les fameux corps intermédiaires ont sur la vie des gens… Qui me fera croire que cette augmentation de 3 % changera la vie (suivant l’expression célèbre) des travailleurs avec des faibles salaires ? Et croyez bien que j’en suis attristé !

-> Philippe Honorez


- Période préélectorale

Vraies fausses bonnes idées de nos édiles politiques

En période préélectorale, nos gouvernants, toujours prévoyants, cumulent des annonces qui cachent de très mauvaises utilisations des deniers publics (qui sont l’émanation de nos impôts) : 1. Ils privilégient des particuliers qui ont fait installer de panneaux photovoltaïques en omettant de les faire participer aux gains qui leur profitent pourtant à eux seuls. 2. Ils annoncent tout de go une indemnisation de 10 euros par ménage ayant reçu des allocations familiales 3 jours en retard, sans que la réalité d’un dommage soit démontrée. Cette "indemnisation" par une caisse publique est totalement injustifiée et n’aura aucun effet pratique, mais occasionnera des débours importants pour la collectivité. 3. Ils annoncent le règlement d’une prime de 1 000 euros par étudiant kotant à une certaine distance de leur domicile. Outre les problèmes de calcul objectif de cette distance, l’égalité entre tous les étudiants ne sera pas garantie et il ne sera même pas tenu compte de la situation financière des parents. Pourquoi ne pas inclure le paramètre "distance" dans le calcul des bourses d’étude ? J’ajoute qu’à mon sens, une telle prime entraînera certainement une augmentation des loyers réclamés par les bailleurs du secteur privé (effet d’aubaine). Un peu de bon sens serait le bienvenu.

-> Jules Malaise