Une opinion de Matthew Robert Anderson, affiliate Professor, Theological Studies, Loyola College for Diversity & Sustainability; Honorary Research Fellow, University of Nottingham UK, Concordia University (1).

C’est l’œuvre qui a peut-être été la plus largement diffusée au 20ème siècle, mais il est probable que vous ne connaissez pas le nom de son artiste. Bien qu’il n’ait jamais quitté la ville de Chicago, Warner Sallman, qui est né il y a 127 ans et est mort en 1968, a influencé la manière dont de nombreux chrétiens du monde entier s’imaginent Jésus, pour le meilleur et pour le pire.

Des reproductions de la chaleureuse, sympathique et nordique Tête du Christ de Warner Sallman, qui s’avère des plus anhistorique, sont accrochées dans des églises de toutes sortes ainsi que des écoles et hôpitaux confessionnels de tous les continents. Dans son livre Icons of American Protestantism ("Icônes du protestantisme américain"), David Morgan de l’Université Valparaiso (en Indiana) raconte comment des millions de Tête du Christ sur cartes format poche ont été distribuées par le YMCA et l’Armée du Salut pendant la Seconde Guerre mondiale et emportées en Europe et en Asie par des soldats américains.

L’œuvre de Sallman est en la possession de l’Université Anderson, en Indiana. Selon les commentaires de l’établissement sur cette collection, des images comme celles de Sallman peuvent être considérées comme des artéfacts historiques, des souvenirs, ou encore des objets de beauté, de piété ou de propagande au service d’une idéologie. À vrai dire, les images religieuses peuvent servir à toutes ces fins.

Et elles peuvent également faire vendre des produits.

Illustrateur indépendant, Warner Sallman était un membre fervent de la Swedish Evangelical Covenant Church. L’un des croquis noir et blanc qu’il avait dessinés en 1924 pour le magazine The Covenant Companion a tant été célébré qu’il en a fait, en 1940, une peinture à l’huile, créant ainsi le "Christ" qui sera vendu à plus de 500 millions d’exemplaires. Ce nombre s’est multiplié de manière exponentielle lorsque des reproductions ont commencé à apparaître sur des horloges, lampes, boutons, livrets laminés contenant des versets de la Bible, boîtes à musique et veilleuses.

Voyant l’engouement suscité par sa Tête du Christ, Sallman y a donné suite en réalisant Christ at Heart’s Door ("le Christ à la porte du cœur") et Christ our Pilot ("Jésus-Christ notre capitaine").

Le kitsch en série

Déjà dans les années 1930 existait une longue tradition de portraits représentant Jésus sous des traits caucasiens, à l’instar des "vies du Christ" qui marquaient la littérature depuis le milieu du XVIIIe siècle et où le Christ représentait la quintessence de la culture (masculine) européenne.

Le Jésus des images peintes par les Européens ressemblait à leurs auteurs, ce dont les historiens ne se sont formalisés qu’en de rares occasions, par exemple lorsque Jésus a été représenté sous les traits d’un jeune roux. Depuis l’époque des Romains de l’Antiquité, les chrétiens ont toujours "contextualisé" Jésus en le dépeignant à leur propre image.

Or, qu’est-ce qui a changé au 20ème siècle avec Warner Sallman ? Les images de Jésus ont rejoint la publicité américaine et la production de masse.

Le portrait de Warner Sallman est-il un Jésus kitsch ? Certainement pas aux yeux de l’artiste. Malgré sa barbe, la Tête du Christ est tout sauf un clin d’œil ironique. L’image est certes un peu surannée aujourd’hui. Mais bien des gens ne voient rien de faux dans ce grand front, ces larges épaules et ce long nez. Ce sont pour eux les traits de Jésus, tout simplement.

Un portrait trop efféminé ?

Apparemment, Warner Sallman essayait de créer un portrait de Jésus qui soit plus masculin que les précédents. Or, fait ironique, bien des gens aujourd’hui trouvent son Jésus efféminé – ce qui montre à quel point les définitions de la masculinité sont culturelles et fluides, en non pas biologiques. Au temps où vivait Jésus et chez les Juifs (et les autres) de l’Empire romain, la masculinité était tout aussi contestéequ’à l’heure actuelle.

Bien entendu, le Jésus de l’histoire n’était ni nordique ni américain. La monoculture visuelle des États-Unis, relativement nouvelle à l’époque de Warner Sallman, a depuis cédé la place à la production d’images hétérogène du 21ème siècle, marquant ainsi la fin d’une façon de voir unique et automatique.

La manière dont les chrétiens s’imaginent Jésus, que ce soit dans l’art bidimensionnel ou tridimensionnel, en dit beaucoup sur la façon dont ils perçoivent Dieu. De pieux artistes chrétiens l’ont peint sous des traits nigérians, asiatiques du sud, coréens ou autochtones. Le Canadien Timothy Schmalz a sculpté un Jésus sans-abri, et d’autres artistes l’ont représenté comme une femme crucifiée ou même un homme sans visage, miroir de notre angoisse existentielle.

© Richard C. Choe/Emmanuel College

Une image habilement commercialisée

Le kitsch est dans les yeux du regardeur ou, plus exactement, dans l’attitude du consommateur ; dans le monde du kitsch, il y a toujours quelque chose à vendre. On trouve des figurines de Jésus à tête branlante et des oreillers gonflables à l’effigie de Jésus.

La pérennité de la Tête du Christ nordique réalisée par Warner Sallman en 1940 ne nous dit rien sur le maître spirituel juif méditerranéen qui a vécu au premier siècle. Mais l’attrait du tableau en dit long sur la mondialisation des objets de l’héritage culturel américain et le sentiment religieux populaire – le type de piété étonnante qui peut faire surface lorsqu’une "image de Jésus" apparaît sur le mur d’un Tim Hortons au cap Breton.

Le kitsch a toujours été complexe à définir, et le kitsch religieux plus encore. S’il était encore en vie, Warner Sallman soutiendrait probablement que ses toiles ne sont rien de plus qu’une aide à la foi. Elles étaient assurément antiélitistes.

Si honnêtes que les sentiments de l’artiste aient pu être, il est difficile de faire la distinction entre la diffusion de ses images et le programme idéologique américain plus vaste du milieu du 20ème siècle. Il est important de se rappeler que des sentiments profondément déterminants peuvent tout de même s’ancrer dans une image habilement commercialisée.

(1) : Ce texte a initialement été publié sur le site "The Conversation".