La Commission européenne présente aujourd’hui sa feuille de route pour un pacte vert pour l’Europe. Son objectif : devenir le premier continent climatiquement neutre d’ici à 2050.

Une opinion d'Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. 

L’humanité est confrontée à une menace existentielle, que le monde entier commence à percevoir : les forêts brûlent de l’Amérique jusqu’en Australie, les déserts avancent en Afrique et en Asie, l’élévation du niveau de la mer menace des villes européennes et des îles du Pacifique. De tels phénomènes se sont déjà produits auparavant, mais jamais à une telle vitesse. La Belgique n’est pas épargnée. Au cours de l’été 2019, l’Institut royal météorologique a relevé des températures records - supérieures à 40 °C - dans les provinces de Flandre occidentale, Limbourg et Liège notamment, causant une surmortalité prononcée.

Notre pacte vert pour l’Europe

Selon les scientifiques, nous pouvons encore inverser la tendance, mais le temps presse. La nouvelle Commission n’a pas perdu de temps et, moins de deux semaines après notre entrée en fonction, nous présentons aujourd’hui notre feuille de route pour un pacte vert pour l’Europe.

Notre objectif : devenir le premier continent climatiquement neutre d’ici à 2050, en ralentissant le réchauffement planétaire et en atténuant ses effets. C’est une responsabilité qui incombe à notre génération comme à la suivante, mais le changement doit commencer dès maintenant, et il est à notre portée.

Le pacte vert européen constitue la nouvelle stratégie de croissance de l’Europe. Il permettra de réduire les émissions tout en créant des emplois et en améliorant notre qualité de vie.

Il sera le fil vert qui guidera toutes nos politiques, des transports à la fiscalité en passant par l’agriculture, l’alimentation, l’industrie et les infrastructures. Grâce au pacte vert, nous investirons dans les énergies propres et étendrons le système d’échanges d’émissions, tout en dynamisant l’économie circulaire et en préservant la biodiversité de l’Europe.

Le pacte vert pour l’Europe créera également de nouvelles perspectives économiques. De nombreuses entreprises européennes passent au vert, réduisent leur empreinte carbone, découvrent les technologies propres. Elles reconnaissent que notre planète a des limites et comprennent que nous devons tous prendre soin de notre maison commune.

Entreprises et acteurs du changement attendent de nous un accès facilité au financement. Pour y parvenir, nous mettrons en place un plan d’investissement pour une Europe durable qui visera à mobiliser 1 000 milliards d’euros d’investissements au cours de la prochaine décennie. Nous travaillerons en étroite collaboration avec la Banque européenne d’investissement (BEI), qui est la banque européenne du climat.

Des règles claires

En mars prochain, nous proposerons la toute première législation européenne sur le climat, afin de tracer la voie à suivre, sans retour en arrière possible : investisseurs, innovateurs et entrepreneurs ont besoin de règles claires pour planifier leurs investissements à long terme.

Nous encouragerons la transformation de nos modes de production et de consommation, de nos modes de vie et de travail. Nous devrons aussi protéger et accompagner ceux qui risquent d’être le plus durement touchés par le changement. La transition doit fonctionner pour tout le monde, sinon elle ne fonctionnera pas du tout. Je proposerai la mise en place d’un Fonds pour une transition équitable, et je veux qu’il mobilise, avec l’effet de levier de la BEI et des capitaux privés, 100 milliards d’euros d’investissements au cours des sept prochaines années. Nous veillerons à aider les régions européennes qui devront consentir plus d’efforts, afin de ne laisser personne de côté.

Nos enfants comptent sur nous

Partout en Europe, jeunes et moins jeunes ne se contentent pas d’exiger des actions pour le climat, ils modifient déjà leur mode de vie : pensez aux navetteurs qui utilisent le vélo ou les transports publics, aux entreprises qui renoncent au plastique à usage unique et commercialisent des produits de remplacement durables. Beaucoup d’entre nous participent à ce mouvement européen et mondial en faveur du climat. En Belgique, les marches pour le climat ont envoyé un signal fort pour plus d’action. Je me souviens des 65 000 personnes qui ont marché à Bruxelles en décembre 2018, et elles étaient encore nombreuses ce dimanche dans la capitale, pour former une chaîne humaine à l’occasion de la Cop25. De nombreuses municipalités et villes en Belgique ont d’ailleurs déclaré l’état d’urgence climatique. Neuf Européens sur dix demandent une action décisive pour le climat. Nos enfants comptent sur nous. Les Européens veulent que l’Union agisse sur son territoire et serve d’exemple sur la scène internationale. En ce moment même, le monde entier est réuni à Madrid pour la Cop25 afin de discuter d’actions collectives contre le réchauffement de la planète.

Le pacte vert européen est la réponse de l’Europe à l’appel des citoyens. C’est un pacte par l’Europe, pour l’Europe et une contribution pour un monde meilleur. Chaque Européen peut participer au changement.

>>> Chapô et intertitres sont de la rédaction.