Pour "Charlie Hebdo", militants et réseaux sociaux sont les nouveaux visages de la censure. Vraiment ?

Cinq ans après l’attentat contre Charlie Hebdo , le journal critique, au nom de la liberté d’expression, le "politiquement correct" et s’en prend dans un édito "aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs", censeurs et moralisateurs. Expressions libres dans le débat.

placeholder
© Charlie Hebdo
Thierry Boutte et Clément Boileau
Cinq ans après l’attentat contre Charlie Hebdo , le journal critique, au nom de la liberté d’expression, le "politiquement correct" et s’en prend dans un édito "aux associations tyranniques,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité