La journaliste Annick Cojean revient sur la vie de Gisèle Halimi, grande avocate franco-tunisienne : "Elle avait horreur que les femmes se victimisent"

"Une farouche liberté" est le prolongement d’un entretien avec Gisèle Halimi issu de la série "Je ne serais pas arrivé là si…", créée par la journaliste Annick Cojean pour le quotidien Le Monde. "Les gens l’ont un peu redécouverte à cette occasion", explique la journaliste, notamment "les jeunes générations qui ne la connaissaient pas forcément. Les autres l’ont redécouverte…" Les deux femmes, qui se connaissaient de longue date, ont eu envie de poursuivre la conversation mais n’ont pu, comme l’espérait Annick Cojean, porter "à deux ce petit livre à la rentrée" : Gisèle Halimi est décédée le 28 juillet dernier à Paris.

Clément Boileau
La journaliste Annick Cojean revient sur la vie de Gisèle Halimi, grande avocate franco-tunisienne : "Elle avait horreur que les femmes se victimisent"
©Richard Dumas
C’est le genre d’appel que l’on n’oublie pas. Au mitan des années 90, suite à son article dans le quotidien Le Monde consacré aux femmes des pêcheurs bretons touchés par une grave crise économique, la journaliste Annick Cojean reçoit un appel. C’est Gisèle Halimi, fameuse avocate franco-tunisienne, ardente défenseuse de la cause des femmes....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité