Faut-il inscrire le féminicide dans le code pénal ?

Les meurtres de Nathalie Maillet et de Ann Lawrence Durviaux à Gouvy ont relancé dans la presse le débat sur l'introduction, ou pas, du terme féminicide dans le code pénal belge.

Faut-il inscrire le féminicide dans le code pénal ?
©REPORTERS
Entretiens : Louise Vanderkelen et Clément Boileau
Les meurtres de Nathalie Maillet et de Ann Lawrence Durviaux à Gouvy ont relancé dans la presse le débat sur l'introduction, ou pas, du terme féminicide dans le code pénal belge.

Inutile pour nombre de juristes et de magistrats parce que ce type de crime serait difficile à caractériser et parce qu’il risquerait de rompre l'égalité devant la loi. C'est la position défendue aujourd'hui par l'éditorialiste Nawal Benalem dans la DH : "c’est ouvrir la porte aux discriminations entre les drames". Elle reprend une phrase répétée par la juge d’instruction Anne Gruwez, opposée aussi au terme féminicide : "Introduire le féminicide dans le code pénal, c’est admettre que la femme est le sexe faible et qu’elle a été tuée parce que c’est une femme. Tout homme qui tue une femme ne le fait pas nécessairement parce qu’elle est une femme. Tuer un être humain, c’est tuer un être humain”. Dans la même ligne mais dans une ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité