Que faire des sépultures terroristes ? Comment faire pour qu'elles ne deviennent pas des lieux sanctuarisés?

L’anonymisation des tombes ou lieux de décès de terroristes ressurgit dans l’actualité. Qu’il s’agisse de djihadistes ou du militaire d’extrême droite Jürgen Conings. La question demeure complexe et les autorités sont parfois démunies.

Fin juin, des admirateurs de Jürgen Conings s’étaient réunis en nombre dans le bois où le militaire s’est suicidé.
Fin juin, des admirateurs de Jürgen Conings s’étaient réunis en nombre dans le bois où le militaire s’est suicidé. ©Belga
Clément Boileau et Anne Lebessi
À quelques jours d'intervalle, les fantômes des terroristes qui ont secoué la France et la Belgique ces dernières années ont ressurgi dans l'actualité. En commençant par Jürgen Conings, dont la dépouille a été incinérée, mais dont le souvenir persiste, quelque-part...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet