Une jihadiste américaine, ex-cheffe de bataillon pour l'EI, condamnée à 20 ans de prison

(Belga) Une jihadiste américaine, qui a été l'une des rares cheffes d'un bataillon féminin du groupe Etat islamique (EI), a été condamnée mardi à 20 ans de réclusion criminelle.

Allison Fluke-Ekren, une mère de famille de 42 ans surnommée "Oum Mohammed al-Amiriki", avait plaidé coupable en juin de "soutien matériel à une entreprise terroriste". Lors de l'audience destinée à fixer sa peine, dans un tribunal d'Alexandria, près de Washington, elle a demandé à la juge fédérale Leonie Brinkema de faire preuve de "compassion" et de la condamner à deux ans de prison seulement. "Je regrette profondément mes choix", a-t-elle plaidé, les cheveux couverts d'un foulard noir. Mais le procureur Raj Parekh a souligné qu'elle était "de fait devenue une impératrice de l'EI". Elle a "lavé le cerveau de jeunes filles qu'elle a entraînées à tuer", a-t-il ajouté, en notant qu'elle avait aussi fait souffrir ses propres enfants. Une de ses filles, qu'elle a forcée à "épouser" un combattant de l'EI alors qu'elle n'avait que 13 ans, a expliqué que sa mère était motivée par "un désir de contrôle et de pouvoir". "Je veux que les gens sachent quel type de personne elle est", a ajouté Leyla Ekren avec une grande nervosité. Entre 2012 et 2019, Allison Fluke-Ekren a soutenu des organisations jihadistes en Libye, en Irak et en Syrie, où elle a fourni un entraînement militaire à plus de 100 femmes. En juin, elle a notamment reconnu avoir appris à ses comparses, dont certaines n'avaient que 10 ou 11 ans, à manier des fusils d'assaut ou des ceintures d'explosifs. Appelée à la situer sur une échelle de radicalisation allant de un à dix, une personne l'ayant connu à cette époque a estimé qu'elle "sortait de la grille" et méritait un "11 ou 12", selon le dossier d'accusation. (Belga)

© 2022 Belga Newsbriefing. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga Newsbriefing. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga Newsbriefing.