Largement élu, Jordan Bardella succède à Marine Le Pen à la tête du RN

<p>Le nouveau président du RN Jordan Bardella lors du congrès du RN à Paris le 5 novembre 2022</p>

Elu samedi numéro un du Rassemblement national, Jordan Bardella, 27 ans, a dit sa fierté de travailler "pour" Marine Le Pen, manière d'acter les ambitions élyséennes intactes de celle à qui il succède, dont il a assuré vouloir suivre la ligne politique.

M. Bardella, qui devient le troisième président du parti d'extrême droite en cinquante ans d'existence et le premier à ne pas porter le patronyme Le Pen, s'est imposé avec près de 85% des suffrages contre Louis Aliot, maire de Perpignan.

Promis grandiose, le sacre du nouveau président a été percuté par l'exclusion pour 15 jours du député RN Grégoire de Fournas de l'Assemblée nationale. Celui-ci avait lancé jeudi dans l'hémicycle "Qu'il retourne en Afrique!" lors d'une intervention de l'élu LFI Carlos Martens Bilongo, qui s'exprimait sur le "drame de l'immigration clandestine".

Si Marine Le Pen n'a pas expressément évoqué l'embarrassante affaire - elle a seulement exhorté à "davantage faire face et combattre l'adversité que la commenter", dans son discours d'adieu -, son successeur a apporté un soutien appuyé au député incriminé, défendant son "propos qui évoquait le retour logique des bateaux de clandestins dans les ports d'origine".

L'épisode a, quoi qu'il en soit, mis à mal la volonté de "dédiabolisation" initiée par la candidate malheureuse à la présidentielle, stratégie que son successeur à la tête du parti a indiqué vouloir poursuivre.

"Je dois" à Marine Le Pen "ce que je suis", a-t-il d'ailleurs lancé lors de son discours d'intronisation devant des centaines de militants, ne cachant pas son émotion alors que la salle la salle l'applaudit à tout rompre.

"Elle m'a donné le goût de l'engagement", a-t-il poursuivi affirmant sa "reconnaissance, mais aussi de (sa) fierté de travailler avec elle, mais surtout pour elle et à ses côtés", manière de répondre aux procès en excès d'ambitions que ses détracteurs lui instruisent, autant que de supposées divergences avec la ligne "mariniste".

M. Bardella a pourtant adressé un clin d'œil à sa frange droite en fustigeant "une France qui voudrait faire de l'identité un gros mot", alors que ses accointances avec les "identitaires", notamment proches d'Eric Zemmour, est régulièrement dénoncée en interne par ses opposants.

Mais, en développant les thèmes fétiches du parti d'extrême droite, lutte contre l'immigration en tête, il a assuré vouloir continuer "à marcher sur nos deux pieds en occupant tout le spectre politique, en nous préoccupant de l'inquiétude sociale de la fin du mois comme de l'urgence vitale de la fin de la France".

- Déjà une fronde -

Jordan Bardella peut désormais se prévaloir d'une forte légitimité interne, avec un score au-delà de ses espérances - il pensait au mieux recueillir trois quarts des suffrages, alors que plus de 25.000 adhérents ont pris part au vote - et, grand seigneur, a nommé son adversaire, Louis Aliot, premier vice-président du parti.

Mais il doit pourtant déjà faire face à une fronde: Steeve Briois, figure du mouvement évincée de la nouvelle instance exécutive, a dénoncé dès l'annonce des résultats "un rabougrissement" du parti", désormais sensible selon lui à "des positions droitardes". Sans lui répondre directement, Jordan Bardella a appelé à une "attitude respectueuse et amicale" de tous.

Est-ce le début des difficultés pour le président Bardella? Il va devoir quoi qu'il en soit trouver sa place, tant Marine Le Pen entend demeurer au cœur du pouvoir en dirigeant un groupe de 89 députés, une machine bien plus puissante que la seule structure partisane.

Or, le parti a souvent réservé un sort cruel à ses numéros deux, ce qu'il demeure de fait - "le destin de dauphin est parfois de s'échouer", avait résumé en son temps Jean-Marie Le Pen. Fait notable: Marie-Caroline Le Pen, sœur de la présidente sortante, a fait samedi son entrée au "parlement du parti", manière de conserver une empreinte familiale.

<p>Le nouveau président du RN Jordan Bardella en compagnie de Marine Le Pen, lors du congrès du RN à Paris le 5 novembre 2022</p>

Malgré des ambitions réputées immenses, il a juré qu'il serait le premier supporter d'une quatrième candidature de Marine Le Pen à la présidentielle de 2027.

Libérée des tâches internes parfois ingrates, la députée du Pas-de-Calais va désormais pouvoir plus que jamais consolider depuis le Palais Bourbon son assise médiatique et politique.

© 2022 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.