Route du Rhum: Caudrelier mène la flotte après un départ sous tension

<p>Les skippers Francis Joyon (Idec Sport), Thomas Coville (Sodebo), Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) et Romain Pilliard (Use it again) lancés sur la Route du Rhum au large de Saint-Malo, le 9 novembre 2022</p>

Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) a pris la tête de la flotte des 138 bateaux au départ mercredi à Saint-Malo de la 12e Route du Rhum, mais navigue sous la menace d’une pénalité de temps pour avoir franchi la ligne trop rapidement.

Après huit heures de course endiablée, Caudrelier et son bateau +volant+ ont atteint la pointe de Bretagne avant de filer vers le golfe de Gascogne, dans l'Atlantique, selon le pointage de 22h30.

Le skipper du Maxi Edmond de Rothschild, grand favori, est toutefois sous la menace d'une pénalité de temps de 4 heures. Il aurait coupé la ligne trop tôt, selon l'organisation de course, qui précise dans un communiqué que "l'analyse des traces du bateau" au départ doit encore le confirmer.

"Cette faute (...) est pour l’heure contestée par le skipper qui pourrait demander réparation", a écrit l’équipe de Charles Caudrelier dans un communiqué. Sur l’eau, il est poursuivi par le navigateur Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), vainqueur du Vendée Globe 2016/2017.

<p>Les skippers prennent le départ de la Route du Rhum à la voile en solitaire, au large de Saint-Malo, dans l'ouest de la France, le 9 novembre 2022</p>

François Gabart (SVR Lazartigue) et Thomas Coville (Sodebo) font également partie du groupe de tête. "Et voilà, c'est parti la Route du Rhum ! Départ pas simple, mais on s’accroche à fond la caisse direction la sortie de Manche", a lancé joyeusement Gabart dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

- Record en vue -

Ces quatre skippers sont à la barre de voiliers de la classe Ultim, trimarans dernière génération de 32 m de long capables de s’élever au-dessus de l’eau grâce à des appendices latéraux (foils).

Des F1 des mers qui espèrent établir un nouveau record de traversée, détenu depuis 2018 par le vétéran Francis Joyon (7 jours 14 heures 21 minutes), également au départ cette année avec son trimaran Idec Sport.

<p>Des spectateurs regardent les voiliers naviguer lors du départ de la Route du Rhum en solitaire, au Cap-Frehel, dans l'ouest de la France, le 9 novembre 2022</p>

En 2018, baptême du feu de ces voiliers +volants+, la classe avait connu beaucoup de casse. Mais depuis, "on a beaucoup travaillé sur la sécurité, la fiabilité (...) On a tous progressé et on va plus vite", a promis Le Cléac'h. Il avait chaviré après deux jours de course il y a quatre ans, avant d'être secouru par un bateau de pêche.

Cette année, "cela va être rapide pour aller jusqu'en Guadeloupe, le sprint sur l'Atlantique annoncé devrait être au rendez-vous", a prédit Le Cléac’h.

Les prévisions météorologiques annoncent de bonnes conditions de navigation jusqu'à jeudi soir, quand les marins devraient affronter une première dépression marquée par des rafales de vent à plus de 90 km/h.

- Départ décalé -

La flotte de la Route du Rhum, mélange de professionnels et d'amateurs, est composée de six catégories de bateaux: des multicoques volant de dernière génération aux petits monocoques ayant participé à la première édition.

<p>Carte du parcours de la Route du Rhum 2022 qui est partie le 9 novembre de Saint-Malo et présentation des 6 catégories de bateaux en compétition</p>

Le navigateur britannique Sam Goodchild (Leyton), à la barre d'un trimaran Ocean Fifty, a abandonné après avoir été blessé aux bras et au visage pendant une manoeuvre, a annoncé son équipe.

Dans la classe Imoca (monocoques de 18 m), le Normand Charlie Dalin (Apivia) a pris les devants pour sa première participation. Il devance de quelques milles nautiques Kevin Escoffier (Holcim-PRB) et Thomas Ruyant (LinkedOut).

Au coup de canon à 14h15, les skippers -131 hommes et sept femmes- ont mis le cap toutes voiles dehors vers la Guadeloupe, sous un soleil radieux. Mais comme Caudrelier, 17 voiliers sont sous la menace d’une pénalité pour avoir "volé le départ" au large de la cité corsaire, signe d'un départ sous tension.

Grande première dans l'histoire de la transatlantique en solitaire, le départ, prévu initialement dimanche, avait été reporté à cause de conditions météorologiques désastreuses menaçant de détruire une partie de la flotte.

Malgré tout, ils étaient des milliers de personnes massées au Cap Fréhel (Côtes d'Armor), point de passage obligé des concurrents, pour assister à l'un des plus grands spectacles de la course au large.

© 2022 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.