TC Anvers - Un homme écope de 12 mois de prison après avoir arnaqué l'ancien cavalier Philippaerts

(Belga) Patrick S. a été condamné mercredi à douze mois de prison et 8.000 euros d'amende. Le tribunal correctionnel d'Anvers a jugé que le prévenu s'était rendu insolvable pour ne pas verser d'indemnité à l'ancien cavalier belge Ludo Philippaerts. L'homme l'avait arnaqué, il y a quatorze ans, dans le cadre de la revente d'un cheval de compétition.

Ludo Philippaerts et Patrick S. avaient acheté le cheval Amaretto d'Arco en 2002 pour la somme de 17.000 euros. L'animal était gardé dans le haras du prévenu à Malle, en province d'Anvers. Six ans plus tard, Ludo Philippaerts a appris que l'étalon avait été vendu, à son insu, à un éleveur américain qui avait déboursé 1.450.000 euros. Patrick S. a alors déclaré n'avoir touché que quelques centaines de milliers d'euros. S'estimant lésé, Ludo Philippaerts a déposé une plainte pour escroquerie. Patrick S. a été condamné par la justice, en première instance puis en appel, à lui verser une indemnité de 725.000 euros, soit la moitié de la somme que lui avait rapporté la vente du cheval. Philippaerts n'a cependant rien perçu, Patrick S. se disant insolvable et n'exerçant plus aucune fonction dans le sport équestre. Le cavalier a alors porté plainte pour insolvabilité frauduleuse et réclamait environ un million d'euros de dommages et intérêts à Patrick S. ainsi qu'à ses filles. Le prévenu leur avait cédé les parts de sa société. Le tribunal a jugé les faits avérés en constatant notamment que le transfert des actions s'était produit juste après la décision de la cour d'appel. Deux des filles de Patrick S. ont également été condamnées à une amende de 8.000 euros, dont la moitié avec sursis. (Belga)

© 2022 Belga Newsbriefing. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga Newsbriefing. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga Newsbriefing.