Plus d'une centaine d'Ukrainiens disparus à Kherson lors de l'occupation russe

(Belga) Plus d'une centaine d'Ukrainiens ont été détenus puis ont disparu à Kherson, ville du sud de l'Ukraine, lors de l'occupation russe, dans ce qui apparaît comme une campagne planifiée, selon une étude de l'université américaine Yale publiée vendredi.

Le Conflict Observatory, un groupe de recherche du département de santé publique de l'université Yale dont le travail est soutenu par le département d'État américain, a recensé 226 détentions extrajudiciaires et disparitions forcées à Kherson. La moitié des personnes emprisonnées "ne semblent pas avoir été libérées", selon le rapport, qui souligne que leur sort est peu clair depuis le retrait des forces russes de Kherson le 11 novembre. Un quart des 226 personnes concernées auraient fait l'objet de tortures et quatre sont mortes en détention ou peu après. La majorité de ces actes ont été perpétrés par l'armée russe et les services de sécurité russe (FSB), selon l'étude. Les détenus et les disparus étaient principalement des hommes en âge de servir dans l'armée, notamment des fonctionnaires, de figures de la société civile, des professeurs, des policiers et des journalistes, d'après cette source. "Ces résultats donnent du crédit à une série d'allégations alarmantes sur le traitement des détenus, notamment des morts en détentions, l'usage généralisé de la torture et de traitements cruels, inhumains et dégradants, le pillage des personnes emprisonnées et des violences sexuelles et genrées", affirme l'étude. (Belga)

© 2022 Belga Newsbriefing. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga Newsbriefing. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga Newsbriefing.