Explosion à Istanbul - Raids aériens turcs contre la ville de Kobané en Syrie, selon forces kurdes

(Belga) Les forces menées par les Kurdes en Syrie ont accusé l'armée turque d'avoir effectué plusieurs bombardements aériens contre la ville de Kobané samedi soir dans le nord de la Syrie, quelques jours après qu'Ankara a désigné le mouvement kurde du PKK responsable d'un attentat qui a ensanglanté Istanbul.

"Kobané, la ville qui a défait l'État islamique, est la cible de bombardements par l'aviation de l'occupation turque", a annoncé Farhad Shami, un porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition armée dominée par les Kurdes), qui avait démenti tout lien avec l'attentat. M. Shami a également fait état de frappes contre deux villages densément peuplés dans le nord de la province d'Alep (nord) et de celle de Hassaké (nord-est). Plus de 20 frappes ont été effectuées par l'armée turque dans les deux provinces selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres et qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, sans pouvoir fournir de bilan des pertes et dégâts. Ces raids sont menés quelques jours après que les FDS, soutenues par Washington, ont nié tout lien avec l'attentat d'Istanbul du 13 novembre, qui a fait six morts et 81 blessés. Les autorités turques accusent une jeune femme de nationalité syrienne d'avoir posé la bombe, qui a explosé dans la grande rue commerçante d'Istiklal, dans le centre d'Istanbul. Le ministre turc de l'Intérieur avait affirmé que "l'ordre de l'attentat a été donné de Kobané", ville contrôlée par les forces kurdes. (Belga)

© 2022 Belga Newsbriefing. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga Newsbriefing. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga Newsbriefing.