France: rebond surprise de 0,2% de la croissance au 3e trimestre

placeholder

La croissance de l'économie française a légèrement rebondi de 0,2% au troisième trimestre par rapport au précédent, a annoncé jeudi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui tablait encore début octobre sur une stagnation.

Après deux trimestres de parfaite stabilité fin 2011 et début 2012, le produit intérieur brut (PIB) du pays a en revanche légèrement reculé, de 0,1%, au deuxième trimestre de cette année. L'Insee avait initialement annoncé une croissance nulle pour ces trois mois.

L'acquis de croissance pour l'ensemble de l'année 2012, c'est-à-dire le résultat qui sera constaté si le PIB devait stagner au dernier trimestre, est de 0,2%. Cela signifie qu'il faudra une nouvelle progression du PIB au quatrième trimestre pour atteindre l'objectif du gouvernement, qui table sur une croissance modeste de 0,3% en 2012.

Le résultat de l'été, supérieur aux attentes de la plupart des économistes, confirme celles du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, qui tablait récemment sur une "croissance très légèrement positive" au troisième trimestre.

Il est meilleur que la dernière prévision de l'Insee, qui s'attendait à un nouveau trimestre de stagnation, et surtout que celle de la Banque de France, qui avait prédit un recul du PIB de 0,1%.

En revanche, le deuxième trimestre, ainsi révisé, marque une première rechute en territoire négatif depuis que la France est sortie, au printemps 2009, de la plus grave récession depuis l'après-guerre.

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages rebondissent légèrement à +0,3% (contre -0,2% au 2e trimestre) alors que l'investissement a reculé de 0,2% après +0,5% au trimestre précédent. "Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB", explique l'Insee dans son communiqué.

placeholder

Parallèlement, les exportations connaissent une légère accélération à +0,5% (+0,3% au 2e trimestre), portées notamment par un niveau exceptionnel de ventes aéronautiques et spatiales, tandis que les importations subissent le contre-coup d'un deuxième trimestre dynamique (-0,6% après +1,6%). Globalement "le solde du commerce extérieur contribue positivement à la croissance", détaille encore l'Insee.

A l'inverse, les variations de stocks contribuent négativement, les entreprises ayant davantage écoulé que reconstitué leurs stocks, freinant d'autant la production.

Après cinq trimestres de quasi-stagnation, la production totale de biens et services a rebondi, de 0,4% au 3e trimestre.

Après avoir reculé de 0,1% à chacun des deux premiers trimestres, la production manufacturière augmente de 1% au 3e trimestre, notamment grâce au rebond des branches de matériel de transport (+3,2%) et de cokéfaction-raffinage (+5,5%). La production de services est également plus vive qu'au trimestre précédent (+0,4%).

En revanche, la production a ralenti dans la construction (+0,1% après +0,5%) et recule dans la branche énergie-eau-déchet (-1,4%).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP