Egypte: les événements depuis la dispersion sanglante des sit-in

Rappel des événements en Egypte, où près de 900 personnes ont été tuées depuis la dispersion sanglante le 14 août au Caire par les forces de l'ordre de rassemblements de partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi.

--AOUT 2013--

- 14: En tout début de matinée, les forces de l'ordre lancent leur assaut à l'aide de bulldozers sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda au Caire, où des milliers d'islamistes campaient avec femmes et enfants depuis début juillet pour réclamer le retour de M. Morsi, destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet et détenu depuis au secret.

L'assaut provoque des violences à travers toute l'Egypte, les Frères musulmans, dont est issu M. Morsi, ayant appelé à manifester pour "mettre fin au massacre". Dans le centre du pays, des pro-Morsi incendient des églises de la communauté copte.

Les autorités décrètent l'état d'urgence pour un mois ainsi qu'un couvre-feu dans la moitié des provinces, dont celles du Caire et d'Alexandrie. Le vice-président Mohamed ElBaradei démissionne.

578 morts et plus de 3.500 blessés dans le pays (officiel). Les Frères musulmans évoquent 2.200 morts et plus de 10.000 blessés.

- 15: La police est autorisée à tirer à balles réelles sur les manifestants attaquant des biens publics ou les forces de l'ordre.

La Turquie rappelle son ambassadeur pour consultations et évoque un "très grave massacre". Le président américain Barack Obama condamne "avec force" les violences et annonce l'annulation de manoeuvres militaires conjointes prévues avec l'Egypte.

- 16: Tirs d'armes automatiques dans plusieurs villes, en particulier autour de la place Ramsès dans le centre du Caire, où se massent des milliers de pro-Morsi après un appel des Frères musulmans à un "vendredi de la colère". Près de 200 morts.

Le pouvoir dit se battre contre un "complot terroriste" des Frères musulmans. Plus d'un millier d'islamistes arrêtés.

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite affirme son appui au pouvoir "face au terrorisme" et dénonce "les ingérences".

- 17: Après des échanges de tirs, la police évacue de force des centaines de pro-Morsi retranchés dans la mosquée al-Fath, au Caire, dont certains sont ensuite tabassés par une foule en colère. 385 arrestations.

- 18: Trente-sept détenus, tous des Frères musulmans, meurent asphyxiés dans un fourgon pénitentiaire, près du Caire. La police parle d'une tentative d'évasion, la confrérie dénonce un "assassinat".

Le nouvel homme fort, le général Abdel Fattah al-Sissi, affirme que son pays ne "pliera" pas face à la violence des islamistes, leur promettant la réponse "la plus énergique".

L'Union européenne se dit prête à "réexaminer ses relations" avec l'Egypte s'il n'est pas mis fin aux violences.

- 19: 25 policiers sont tués dans le Sinaï lors d'une attaque à la roquette de deux minibus les conduisant à Rafah.

Nouveau chef d'accusation contre M. Morsi pour "complicité de meurtre et de torture" sur des manifestants fin 2012. L'ex-chef d'Etat est déjà en détention pour une affaire concernant son évasion de prison à la faveur de la révolte populaire qui a renversé son prédécesseur Hosni Moubarak.

- 20: Le Guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie est arrêté au Caire puis placé en détention préventive pour une durée de 15 jours pour "incitation au meurtre" de manifestants. Il doit comparaître le 25 août notamment aux côtés de ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, également incarcérés.

Mahmoud Ezzat est nommé "guide suprême sur une base temporaire".

La Maison Blanche critique l'arrestation du chef des Frères musulmans.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan affirme qu'Israël se trouve derrière la destitution de Morsi. Le gouvernement intérimaire dénonce des déclarations "sans fondement", assurant que la "patience de l'Egypte arrive à sa limite". Les Etats-Unis dénoncent les propos d'Erdogan.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.