Mozambique : six mois de violences

placeholder

Des affrontements opposent forces gouvernementales et ex-rebelles de la Renamo, depuis avril au Mozambique, faisant plusieurs morts, dont des civils.

La Renamo est devenue le principal parti d'opposition après la signature en 1992 d'un accord de paix avec le parti qui dirige le pays depuis l'indépendance (1975), le Frelimo. L'accord avait mis fin à 16 ans d'une guerre civile dévastatrice qui avait fait un million de morts et totalement ruiné le pays.

Mais depuis avril, les tensions qui couvaient se sont transformées à nouveau en violences meurtrières.

--2013--

- 4 avr: Cinq personnes, dont quatre policiers, sont tuées dans le centre du Mozambique dans des heurts entre ex-rebelles de la Renamo et la police. La Renamo reconnaît l'attaque de la caserne de police à Muxungue, affirmant que 15 policiers ont été tués et qu'il s'agit de représailles après la brutale descente de police la veille dans une permanence de la Renamo.

En novembre 2012, l'ex-commandant de la guérilla Afonso Dhlakama --retranché avec plusieurs centaines d'hommes près du massif de Gorongosa (province de Sofala, centre)-- avait menacé de reprendre les armes pour se faire entendre du Frelimo, l'accusant d'accaparer toutes les richesses du pays.

- 6 avr: Des hommes armés en uniformes kaki attaquent sur une route proche de Muxungue (province de Sofala) un camion-citerne, faisant trois morts. Ils attaquent également un autocar transportant une soixantaine de passagers. La Renamo nie catégoriquement, accusant des forces gouvernementales d'avoir revêtu son uniforme pour l'accuser ensuite de s'attaquer à des civils.

- 17 juin: Des hommes armés attaquent un dépôt d'armes proche d'une ligne ferroviaire stratégique pour l'exportation du charbon: au moins cinq morts dans la province de Sofala. Le 21, des hommes armés tendent trois embuscades à des véhicules circulant sur la principale route Nord-Sud.

- 25 juin: L'unique voie ferrée permettant d'exporter le charbon est quasiment paralysée depuis que l'ancienne guérilla a menacé de la prendre pour cible, annonce un responsable local.

- 26 juin: Le chef de l'armée Paulino Jose Macaringue est démis de ses fonctions par le président Armando Guebuza. Il est remplacé par Graca Tomas Chongo, fidèle au Frelimo.

- 6 juil: L'armée attaque une base d'anciens rebelles de la Renamo et détruit une cinquantaine de cabanes, dans la province de Sofala.

- 10-11 août: La Renamo affirme avoir tué 36 membres des forces de l'ordre dans la province de Sofala. La police affirme avoir perdu un homme dans des affrontements.

- 5 sept: La Renamo accuse la police d'enlèvements, de tortures et de meurtres dans la province de Sofala.

- 17 oct: Deux combattants de la Renamo sont tués au cours d'affrontements avec les troupes gouvernementales près de la base des ex-rebelles (présidence).

- 21 oct: Les ex-rebelles de la Renamo dénoncent l'accord de paix de 1992 après une attaque des forces gouvernementales contre leur base dans le centre du pays. L'armée annonce s'être emparée de la base des ex-rebelles dans les monts Gorongosa, une opération confirmée par la Renamo.

- 22 oct: D'ex-rebelles de la Renamo attaquent un poste de police dans la petite ville de Maringue, à environ 35 km de la base militaire de la Renamo, conquise la veille par les forces gouvernementales.

La Renamo renonce à des représailles mais demande un retrait de l'armée.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP