Gaza: Israël confirme une trêve de 12 heures à partir de samedi matin

L'armée israélienne a confirmé dans un communiqué qu'elle acceptait d'observer à partir de samedi 08H00 locales (05H00 GMT) une trêve humanitaire de 12 heures dans ses combats avec le Hamas dans la bande de Gaza.

Un responsable du mouvement islamique palestinien avait également fait part de son accord un peu plus d'une heure plus tôt, au terme de 18 jours de combats qui ont fait environ 900 morts.

Dans son communiqué, l'armée a confirmé cette "fenêtre humanitaire dans la bande de Gaza", de 08H00 à 20H00.

"Les civils de Gaza à qui il a été demandé d'évacuer leur logement doivent s'abstenir d'y retourner" et "l'armée ripostera si les terroristes tentent d'exploiter cette période pour attaquer des soldats ou tirer sur des civils israéliens", a-t-elle toutefois mis en garde.

"Pendant cette trêve, les activités opérationnelles pour localiser et neutraliser les tunnels de la bande de Gaza vont se poursuivre", prévient-elle encore.

L'opération militaire israélienne a pour objectif d'annihiler le potentiel militaire du Hamas et de son allié du Jihad islamique, en détruisant leur arsenal de roquettes et les "tunnels offensifs" destinés à permettre à leurs combattants de mener des attaques au coeur de l'Etat hébreu.

Selon les secours locaux, 866 Palestiniens ont été tués et 5.742 blessés depuis le 8 juillet. Parmi eux, une grande majorité de civils et, selon un bilan de l'Unicef communiqué vendredi, "au moins 192 enfants".

Côté israélien, trente-cinq soldats sont morts au combat, tandis que trois civils ont été fauchés par des roquettes tirées depuis Gaza.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.