Le président israélien consulte les candidats pour former un gouvernement

Guillaume LAVALLÉE
placeholder

Qui héritera du mandat ? Le président israélien, Reuven Rivlin, a lancé mercredi des consultations pour confier à une nouvelle personnalité politique la responsabilité de former un gouvernement après l'échec du Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahu.

Sur les coups de minuit, le délai accordé à M. Netanyahu à la suite des élections législatives du 23 mars pour former un gouvernement a expiré sans que le Premier ministre sortant ne puisse parvenir à rallier une majorité de 61 députés sur les 120 de la Knesset (le Parlement) en vue d'une coalition gouvernementale.

S'il avait été près d'un accord, M. Netanyahu aurait pu demander une prolongation de deux semaines du mandat pour former un gouvernement, mais il ne l'a pas fait, ont indiqué à la fois la présidence et son parti, le Likoud (droite).

Après cet échec, qui ne signifie pas pour l'instant la fin du règne du plus pérenne des Premiers ministres de l'histoire d'Israël, M. Rivlin a trois jours pour décider de la suite de ce feuilleton politique qui dure depuis deux ans, et sortir le pays de la crise.

Mercredi matin, M. Rivlin a reçu le chef de l'opposition, Yaïr Lapid, et Naftali Bennett, le leader de la formation de droite radicale Yamina qui ont chacun demandé au président d'obtenir le mandat pour former le prochain gouvernement.

En parallèle, M. Rivlin avait demandé aux partis de lui soumettre des candidats potentiels. M. Lapid a reçu l'appui mercredi d'une cinquantaine de députés du "bloc du changement", tandis que le "bloc de droite" de M. Netanyahu n'a pas recommandé de candidats mais plutôt demandé au président de donner 21 jours aux parlementaires pour trouver un candidat.

- Lapid et Bennett -

Chef de l'opposition, dont la formation centriste Yesh Atid ("Il y a un futur") est arrivée en second place avec 17 députés aux législatives, les quatrièmes en moins de deux ans, Yaïr Lapid cherche à former un "gouvernement d'union nationale", afin de chasser du pouvoir M. Netanyahu, d'ailleurs jugé pour "corruption" et "malversation" dans une série d'affaires.

"Le temps pour un nouveau gouvernement est venu (...) Il s'agit d'une opportunité historique de briser les barrières qui divisent la société israélienne, d'unir les religieux et les laïcs, la gauche, la droite et le centre", a-t-il lancé semaine.

placeholder

S'il apparaît comme un choix logique pour nombre de commentateurs israéliens, Yaïr Lapid pourrait devoir trouver un terrain d'entente avec Naftali Bennett, chef de la formation de droite radicale Yamina (7 députés), pour tenter d'atteindre le seuil des 61 députés.

- Hyper-fragmenté -

placeholder

MM. Lapid et Bennett pourraient en effet tenter de former ensemble un gouvernement. D'ailleurs, selon un sondage de la chaîne israélienne 13 diffusé mercredi, 43% des Israéliens souhaitent un gouvernement Lapid-Bennett.

Mais dans une scène politique israélienne hyper-fragmentée, les camps de MM. Lapid et Bennett devraient non seulement rallier la gauche, le centre et la droite déçue de M. Netanyahu, mais aussi au moins un parti arabe.

Pour la première fois de sa carrière politique, Naftali Bennett a d'ailleurs rencontré en tête à tête Mansour Abbas, chef d'une petite formation arabe et islamiste, qui pourrait être la pièce manquante pour atteindre les 61 députés.

Si l'opposition parvient à former un gouvernement d'union, une page de l'histoire d'Israël se tournera avec le départ de Benjamin Netanyahu, qui a passé les 12 dernières années au pouvoir.

Sinon, les Israéliens risquent de retourner aux urnes pour une cinquième fois en un peu plus de deux ans. D'ailleurs, 70% des Israéliens s'attendent à de nouvelles élections, selon un sondage publié mercredi de l'Institut démocratique d'Israël, un cente d'analyse de Jérusalem.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP