Mobilisation pro-palestinienne en Europe et en Tunisie

AFP
placeholder

Des milliers de manifestants sont descendus samedi dans les rues de plusieurs ville d'Europe, et en Tunisie, en soutien aux Palestiniens dans les affrontements en cours avec Israël.

En France, des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes, y compris Paris où les manifestations avaient été interdites par les autorités mettant en avant le précédent de 2014, lorsqu'une marche pro-palestinienne avait dégénéré en violences urbaines.

Les policiers ont appliqué dans la capitale française les consignes de "dispersion systématique et immédiate" dès que des manifestants tentaient de se regrouper, en utilisant des canons à eau et gaz lacrymogènes.

Selon les journalistes, des face-à-face entre manifestants et forces de l'ordre avaient lieu dans l'après-midi dans le quartier populaire de Barbès, dans le nord de la capitale.

"Palestine vivra. Palestine vaincra", pouvait-on entendre. Boulevard Barbès, un groupe d'une centaine de personnes chantait "Israël assassin". Des drapeaux palestiniens étaient brandis ou utilisés en cape.

"La France est le seul pays démocratique à interdire ces manifestations", ont protesté les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France.

A Londres, des milliers de personnes ont manifesté dans le centre de la ville, appelant le gouvernement britannique à intervenir pour faire cesser l'opération militaire israélienne.

Les manifestants se sont rassemblés à la mi-journée à Marble Arch, d'où ils se sont dirigés vers l'ambassade d'Israël, brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes demandant de "libérer" les territoires palestiniens.

"Le gouvernement britannique est complice de ces actes aussi longtemps qu'il offrira un soutien militaire, diplomatique et financier à Israël", ont estimé les organisateurs.

Selon eux, parmi lesquels la coalition Stop the War et l'association musulmane du Royaume-Uni, la manifestation a rassemblé 150.000 personnes. Interrogée par l'AFP, la police n'a pas communiqué de chiffre.

En Allemagne, des milliers de personnes ont manifesté à Berlin et dans plusieurs villes à l'appel de collectifs pro-palestiniens.

placeholder

Dans la capitale, trois manifestations ont été autorisées pour la seule journée de samedi, dont deux dans le quartier populaire de Neukölln, dans le sud de la ville.

Derrière le mot d'ordre "Marche du peuple palestinien pour la libération et le retour", des milliers de personnes se sont rassemblées sur l'Hermannplatz, la place centrale du quartier, brandissant des drapeaux turcs et palestiniens, ainsi que des pancartes appelant au "boycott d'Israël".

Les manifestants criaient "Libérez Gaza!, "Palestinian live matter" ou "Sauvez Cheikh Jarrah", quartier de Jérusalem-Est où des familles palestiniennes sont menacées d'éviction par des colons israéliens.

A Madrid, environ 2.500 personnes ont défilé dans le calme. "Le silence des uns est la souffrance des autres", "Jérusalem capitale éternelle de Palestine", pouvait-on lire sur les banderoles et pancartes brandies par les manifestants.

"Ce n'est pas une guerre, c'est un génocide!", ont-ils scandé en remontant de la gare d'Atocha à la place del Sol.

"Ils sont en train de nous massacrer. Nous sommes dans une situation dans laquelle la Naqba (la "catastrophe" en arabe) se poursuit en plein XXIe siècle", a déclaré à l'AFP Amira Cheikh-Ali, 37 ans, fille de réfugiés palestiniens, faisant référence au terme utilisé pour désigner l'exode des Palestiniens après la création de l'Etat d'Israël en mai 1948.

A Varsovie, environ trois cent personnes, principalement des Palestiniens établis en Pologne, ont manifesté devant l’ambassade d’Israël. Drapeaux palestiniens à la main, ils ont brandi des pancartes "Stop à l’holocauste des Palestiniens"ou "Jérusalem, la capitale de la Palestine", et crié des slogans en faveur de la "Palestine libre".

placeholder

En Tunisie, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes. Des centaines de manifestants drapés dans des drapeaux palestiniens se sont rassemblés dans le centre de Tunis, avant de défiler sur l'avenue Habib Bourguiba, surveillés par la police.

Parmi les slogans des manifestants, qui ont bravé le confinement en vigueur jusqu'à dimanche, on pouvait entendre: "Tunisiens et Tunisiennes soutiennent la Palestine !" ou "Le peuple veut criminaliser la normalisation avec Israël !".

"Quand il s'agit des massacres contre les Palestiniens, les puissances internationales restent muettes et sans réaction face aux crimes sionistes", a dénoncé Dalila Borji, une étudiante de 23 ans.

Pour sa maman Nahla, "cette injustice alimente de plus en plus la haine des gens envers Israël et les pays qui le soutiennent".

burs/mm/cls

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP