Frappes israéliennes sur des civils et un bâtiment des médias à Gaza, vive inquiétude internationale

AFP
placeholder

La communauté internationale manifestait dimanche sa vive inquiétude après une série de bombardements israéliens dans la bande de Gaza ayant détruit les locaux de médias internationaux et tué entre autres huit enfants, des frappes suivies de salves mortelles de roquette du Hamas vers des grandes villes en Israël.

Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences entre l'Etat hébreu et des groupes palestiniens de la bande de Gaza, 155 personnes, en majorité des Palestiniens, ont été tuées.

A Gaza, l'immeuble de 13 étages qui abritait notamment les équipes de la chaîne d'information qatarie Al-Jazeera et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) a été pulvérisé par des frappes de l'armée israélienne qui avait demandé préalablement l'évacuation de l'immeuble.

Les forces israéliennes ont affirmé que l'immeuble abritait "des entités appartenant au renseignement militaire" du mouvement islamiste armé Hamas, qui se sert selon elle des civils comme "boucliers humains" dans la bande de Gaza, territoire palestinien de deux millions d'habitants sous son contrôle.

Et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s'est entretenu après le président américain après ses frappes, est apparu tard en soirée à la télévision, affirmant avoir le soutien "sans équivoque" de Joe Biden qui a, lui, soutenu le droit d'Israël "à se défendre" contre les attaques du Hamas tout en faisant part de préoccupation au sujet de "la sécurité des journalistes".

Plus tard en soirée samedi, un immeuble d'une dizaine d'étages, la tour al-Andalous, a été gravement endommagé par des frappes, comme l'ont constaté des journalistes de l'AFP à Gaza. Et sur le coup de minuit, le Hamas a lancé un nouveau barrage de roquettes vers des villes israéliennes dont la métropole Tel-Aviv.

- AP "choquée et horrifiée" -

La direction d'AP s'est dite "choquée et horrifiée" par la frappe israélienne. "Nous avons évité de justesse de terribles pertes humaines", a dit dans un communiqué le patron de l'agence, Gary Pruitt.

placeholder

Le chef du bureau d'Al-Jazeera en Israël et dans les Territoires palestiniens Walid al-Omari a lui estimé qu'Israël avait "décidé non plus de causer des destructions et des morts, mais aussi de faire taire ceux qui le montrent", a t-il déclaré à l'AFP.

L'AFP a elle exprimé sa "solidarité" avec les "collègues d'Associated Press et d'Al-Jazeera". "L'AFP tient à exprimer toute sa solidarité avec les médias dont les bureaux ont été détruits à Gaza. Le droit à l'information doit être scrupuleusement respecté par toutes les parties à un conflit", a déclaré le PDG de l'Agence France-Presse, Fabrice Fries.

"Nous sommes profondément choqués par le fait que des bureaux de médias soient visés de cette façon, et nous exprimons notre solidarité envers nos collègues d'Associated Press et d'Al-Jazeera", a renchéri le directeur de l'Information de l'AFP Phil Chetwynd.

En 2012, le bâtiment où se trouvait le bureau de l'AFP à Gaza avait été visé par des missiles israéliens, sans que les journalistes présents, trois étages en dessous de l'impact, ne soient touchés.

placeholder

Pour la première fois depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier, Joe Biden a aussi échangé avec le président palestinien Mahmoud Abbas, basé en Cisjordanie occupée, qui l'a appelé à intervenir pour faire cesser "les attaques israéliennes" alors que des tractations diplomatiques s'intensifient pour tenter de mettre un terme aux violences.

Le haut responsable du département d'Etat américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, doit par ailleurs rencontrer des dirigeants israéliens à Jérusalem dimanche et se rendre en Cisjordanie pour des discussions avec des responsables palestiniens.

Le même jour, le Conseil de sécurité de l'ONU doit de nouveau se réunir.

Malgré ces efforts diplomatiques visant à mettre fin à plus de cinq jours de combats, près de 300 roquettes ont à nouveau été lancées dans la nuit de vendredi à samedi depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, selon l'armée israélienne.

Un Israélien de 50 ans, au volant de sa voiture, a été tué dans la banlieue de Tel-Aviv par des tirs du Hamas qui a dit avoir frappé le centre d'Israël pour venger la frappe "contre des femmes et des enfants" à Gaza.

Dix Palestiniens, parmi lesquels deux femmes et huit enfants, membres de deux familles cousines, ont en effet péri à l'aube dans une frappe israélienne dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, dans la ville de Gaza.

"Les enfants continuent d'être victimes de cette escalade meurtrière", a déploré Tor Wennesland, émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient, se disant "atterré".

- "Nakba" -

placeholder

Alors que la flambée de violence entre Israël et le Hamas à Gaza ne montre aucun signe d'accalmie, le dernier bilan des autorités palestiniennes fait état de 145 morts, parmi lesquels 41 enfants et 1.100 blessés dans les bombardements sur l'enclave palestinienne depuis lundi.

Cette opération israélienne, la plus importante depuis la guerre de 2014 avec le Hamas a commencé en réponse à un barrage de roquettes du Hamas sur Israël, tirées en "solidarité" avec les centaines de Palestiniens blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé par Israël.

placeholder

Les autorités israéliennes étaient par ailleurs en état d'alerte samedi, alors que de nouvelles manifestations de colère ont eu lieu à travers la Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens commémorent chaque 15 mai la Nakba, la "catastrophe" qu'a représentée à leurs yeux la création d'Israël en 1948, et synonyme d'exode pour des centaines de milliers d'entre eux.

Et samedi soir, deux Palestiniens ont été tués dans des confrontations avec les forces israéliennes en Cisjordanie, au lendemain des affrontements parmi les plus violents depuis des années dans ce territoire (11 morts), selon les services de santé palestiniens.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a pour sa part menacé, en cas de troubles dans ce territoire occupé par Israël, "d'annuler les mesures d'aide à l'économie et à la société palestinienne après l'année de (crise du) corona".

placeholder

Sur son territoire, Israël est également confronté à une escalade inédite d'une violence inter-communautaire et de menaces de lynchages dans ses villes "mixtes", où vivent Juifs et Arabes, notamment à Lod (centre), Jaffa près de Tel-Aviv ou encore Acre, dans le nord du pays.

Enfin, plusieurs incidents ont été recensés à la frontière avec le Liban, dont une tentative d'infiltration de militants libanais en Israël, selon l'armée.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP