Plus de 80% des Japonais contre les JO cet été (sondage)

AFP
placeholder

Plus de 80% des Japonais sont opposés à l'organisation des Jeux olympiques cet été, selon un nouveau sondage publié lundi, à moins de 10 semaines de l'événement reporté l'an dernier à cause de la pandémie.

Cette enquête d'opinion a été réalisée par le quotidien Asahi après la décision du gouvernement japonais vendredi d'élargir l'état d'urgence sanitaire à neuf départements du pays, confronté à une quatrième vague d'infections au Covid-19 qui met son système de santé sous pression.

Le sondage révèle que 43% des personnes interrogées souhaitent l'annulation des Jeux et 40% un nouveau report. Ces chiffres sont en hausse par rapport aux 35% qui soutenaient l'annulation lors d'une enquête du même journal il y a un mois et aux 34% qui souhaitaient un nouveau report.

Seuls 14% sont favorables à la tenue des Jeux comme prévu cet été, contre 28% auparavant, selon ce sondage réalisé par téléphone auprès de 1.527 personnes.

Si les Jeux ont lieu, 59% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles ne voulaient pas de public, 33% étant favorables à une réduction du nombre de spectateurs et 3% à des Jeux avec une capacité normale dans les stades.

Depuis des mois, tous les sondages montrent qu'une majorité de Japonais s'opposent à la tenue des JO (23 juillet-8 août). Un autre sondage réalisé par l'agence de presse Kyodo et publié dimanche montre que 59,7% des personnes interrogées sont favorables à l'annulation des JO, bien qu'un nouveau report n'ait pas été cité comme option.

Les organisateurs des Jeux olympiques ne cessent de répéter que des mesures antivirus très strictes, y compris des tests réguliers sur les sportifs et l'interdiction de spectateurs venus de l'étranger, permettront aux JO de se tenir "en toute sécurité".

Mais le sondage de Kyodo a révélé que 87,7% des personnes interrogées craignent que l'afflux de sportifs et de délégations ne propage le virus.

- "Un peu risqué" -

placeholder

Takahiro Yoshida, un Tokyoïte de 53 ans interrogé par l'AFP, pense ainsi qu'il sera difficile d'organiser les Jeux. "Ce n'est pas un problème qui concerne uniquement le Japon. Les athlètes étrangers devraient également être inquiets, étant donné que la situation du Japon est mauvaise".

Pour Ritsuko Fujita, 70 ans, "s'il est difficile d'annuler complètement les Jeux en raison d'une pénalité (financière) ou autre, nous pourrions dire que Tokyo va reporter les Jeux à avril de l'année prochaine".

Sumiko Usui, 74 ans, fait aussi partie des partisans d'un nouveau report. "J'ai le sentiment que (le gouvernement et les autorités de Tokyo) essaient un peu de (faire passer les Jeux) en force, ce qui semble un peu risqué. Je me demande si on peut continuer comme ça. Je pense que nous devrions nous arrêter et réfléchir à nouveau".

Interrogé sur les récents sondages, le porte-parole du gouvernement, Katsunobu Kato, a déclaré que le gouvernement allait "faire des efforts pour que la population japonaise comprenne que les Jeux de Tokyo se dérouleront de manière sûre".

"Nous devons donner des explications sur les détails des mesures concrètes (concernant le coronavirus)", a-t-il ajouté, affirmant que les Jeux ne mettraient pas davantage de pression sur le système médical.

Le Japon a connu jusqu'ici une épidémie de Covid-19 moins importante que celle observée dans de nombreux pays, avec quelque 11.500 décès officiellement recensés depuis début 2020. Mais le gouvernement est sous le feu des critiques pour les retards dans son programme de vaccination.

Selon le sondage de Kyodo, 85% des personnes interrogées considèrent que ce programme est lent et 71,5% sont mécontentes de la façon dont le gouvernement gère la crise sanitaire.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP