Biden plaide pour une approche "pragmatique" sur le "difficile" dossier nord-coréen

Jerome CARTILLIER
placeholder

Le président américain Joe Biden a plaidé vendredi pour une approche "pragmatique" face à la Corée du Nord, tout en reconnaissant que les négociations sur la dénucléarisation du régime reclus seraient extrêmement délicates.

"Nous n'avons aucune illusion sur la difficulté de la tâche, absolument aucune. Les quatre dernières administrations n'ont pas atteint l'objectif. C'est un objectif incroyablement difficile", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in.

Annonçant avoir nommé le diplomate chevronné Sung Kim comme émissaire spécial, le président démocrate n’a pas exclu de rencontrer un jour le leader nord-coréen Kim Jong Un mais souligné qu'il ne le ferait pas sans engagements clairs de ce dernier.

Il a profité de l'occasion pour critiquer la démarche de son prédécesseur Donald Trump qui avait rencontré "Chairman Kim" à deux reprises (à Singapour puis à Hanoï) sans aboutir à des résultats tangibles.

"Je ne lui offrirai pas une reconnaissance internationale (sans contreparties)", a-t-il insisté.

Ni obsession du "grand accord", ni "patience stratégique": Joe Biden avait déjà rejeté les approches de ses deux prédécesseurs directs, Donald Trump et Barack Obama. Mais il n'a pas dévoilé son jeu vendredi et s'est cantonné à des formules très générales, plaidant pour des avancées "pragmatiques" pour réduire les tensions et se rapprocher du "but ultime": "la dénucléarisation de la Corée du Nord".

placeholder

Le président sud-coréen, qui avait été l'artisan de la médiation entre Pyongyang et Washington sous la présidence Trump, espère mettre à profit la dernière année de son mandat pour enfin arriver à une "paix irréversible" sur la péninsule.

Vendredi, il a loué la "volonté de dialogue" de Washington. Mais comment faire revenir Pyongyang à la table des négociations? Le régime reclus a déjà dénoncé la diplomatie "hostile" et "fallacieuse" de la nouvelle administration.

- Déclaration de Singapour -

placeholder

Bien que frappé par de multiples sanctions internationales, Pyongyang a rapidement développé ces dernières années ses capacités militaires sous la direction de Kim Jong Un, procédant à plusieurs essais nucléaires et testant avec succès des missiles balistiques.

La Maison Blanche assure qu'elle veut s'appuyer, entre autres, sur la déclaration commune du sommet de Singapour en 2018.

Ce bref document évoquait la "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", mais cette formulation vague avait donné lieu à des interprétations très différentes de la part des deux parties.

Preuve de l'importance de la région aux yeux de Washington, Moon Jae-in est seulement le deuxième dirigeant à être reçu en personne à la Maison Blanche après le Premier ministre japonais Yoshihide Suga.

Mais sur la Chine, l'adversaire stratégique numéro un de Washington, il est resté plus prudent que le dirigeant nippon dans le front uni que Washington appelle de ses voeux face à Pékin.

placeholder

Dans leur communiqué commun, Biden et Suga avaient ouvertement évoqué les tensions croissantes au sujet de Taïwan, qui dénonce des actions de plus en plus hostiles de la part de Pékin.

Même exprimée de manière mesurée, c'était la première fois qu'un dirigeant japonais signait une déclaration commune avec un président américain à propos de Taïwan depuis que les deux alliés ont reconnu Pékin à la place de Taipei, dans les années 1970.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP