En Suède, des supermarchés sans personnel à la rescousse des campagnes

Hélène DAUSCHY
placeholder

Faire ses courses dans un conteneur mobile sans personnel, posé près des champs au milieu de nulle part: les campagnes suédoises voient fleurir des supermarchés d'un nouveau genre, venus à la rescousse d'habitants délaissés par les commerces de proximité.

A Veckholm, bourgade sans centre-ville de quelques centaines d'habitants, à 80 kilomètres de Stockholm, la dernière épicerie a fermé il y a plus dix ans. Et la boutique de l'unique station-service a baissé le rideau il y a un an et demi.

Le supermarché le plus proche se trouvait à une demi-heure de route, jusqu'à l'arrivée en juillet 2020 de cette épicerie automatique ouverte 24h/24, qui propose plusieurs centaines d'articles, mais sans la moindre caisse à l'horizon.

placeholder

"Cela a vraiment manqué à la plupart d'entre nous qui vivons ici", se réjouit aujourd'hui Giulia Ray, une apicultrice du cru. "C'est tellement pratique d'avoir cela dans le coin", explique-t-elle à l'AFP, en profitant de son passage pour ravitailler les étals avec son miel.

Pour déverrouiller la porte du magasin de 20 m2, situé au milieu des champs et à côté de pompes à essence de la station-service, il faut dégainer son smartphone relié à une application.

"Nous venons ici trois fois par semaine pour acheter ce dont nous avons besoin", explique à l'AFP Lucas Edman, technicien de passage dans la région pour quelques semaines. "C'est un peu plus cher mais ça me va, c'est un prix que je peux payer pour ne pas aller dans un autre magasin".

placeholder

En quelques instants, il scanne ses pizzas et son soda sur son téléphone - relié à son compte bancaire et à un système d'identification national (un gage de sécurité contre les vols selon l'enseigne) - sous l'oeil de l'unique caméra de surveillance.

- Economique -

En Suède, le nombre de magasins alimentaires (des hypermarchés aux boutiques des stations-services) est tombé de 7.169 en 1996 à 5.180 en 2020, d'après les statistiques officielles.

placeholder

Si le nombre d'hypermarchés a quasiment triplé en un quart de siècle, beaucoup d'épiceries rurales ont disparu, souvent faute de rentabilité, comme ailleurs en Europe.

"Pour pouvoir maintenir un prix bas pour le client, nous devons être en mesure de contrôler nos coûts d'exploitation, c'est-à-dire contrôler le loyer - c'est pour ça que les magasins sont assez petits", explique à l'AFP Daniel Lundh.

Cofondateur de Lifvs, il a ouvert depuis plus de deux ans près d'une trentaine de magasins de ce type à travers la Suède rurale, ou dans les quartiers urbains dépourvus de commerces.

Domenica Gerlach, qui assure la bonne marche du magasin de Veckholm, ne vient qu'une fois par semaine, pour recevoir la livraison. Elle gère trois autres magasins, tous installés dans des conteneurs amovibles à l'envi.

placeholder

Le maire d'Enköping, dont fait partie Veckholm, n'a que du bien à dire sur ces commerces - trois au total sur sa commune. Et ne cache pas son envie d'en voir fleurir davantage.

"Pour s'installer ici, c'est plus facile de faire le pas si vous êtes assurés d'avoir cette offre", explique Peter Book.

- Lieu de rencontre -

Dans un pays parmi les plus numérisés au monde, Lifvs et ses concurrents comme AutoMat ou 24Food profitent d'une population très connectée: en 2019, 92% des habitants avaient un smartphone, contre 77% en France.

Paradoxe de ces magasins automatiques en pleine campagne, Lifvs représente aussi un "lieu de rencontre" pour les habitants de Veckholm.

"On vient ici, on prend de l'essence, on rentre pour prendre quelque chose et peut-être que quelqu'un d'autre est présent et on peut discuter", explique Giulia.

placeholder

La pandémie de Covid-19 a également mis en avant l'utilité du magasin, où aucun contact n'est nécessaire, et dans lequel une seule personne est autorisée pour des raisons sanitaires.

"Ma mère habite à proximité et depuis un an, c'est un magasin dans lequel elle a toujours pu se rendre, elle n'est allée nulle part ailleurs, c'est comme un point de repère pour elle" qui a 75 ans, raconte Giulia.

De son côté, Daniel Lundh entend dès "le début de l'année prochaine" passer la frontière pour ouvrir ses premiers magasins à l'étranger.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP