Est de la RDC: la lave du volcan Nyiragongo s'immobilise aux portes de Goma

Justin KATIMWA
placeholder

A quelques centaines de mètres à peine: la coulée de lave descendue des flancs du volcan Nyiragongo, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), s'est immobilisée dimanche dans les faubourgs de Goma, épargnant de justesse la ville où les habitants s'inquiétaient toujours d'une possible reprise de l'éruption.

L'immense coulée de lave a cessé sa progression dans le courant de la nuit pour s'arrêter dans le faubourg de Buhene, qui marque la limite nord-est de Goma, ont constaté des correspondants de l'AFP.

"Les laves se sont arrêtées vers Buhene, en périphérie de Goma, (...) la ville a été épargnée", a déclaré dans la matinée le gouverneur militaire de la province, le général Constant Ndima, dans une courte adresse audio à la population sur les médias publics.

Du feu et de fortes émanations se dégagaient du front de lave rocheux, noirâtre et toujours instable. De nombreuses habitations ont été englouties par la lave, semblable à un énorme chewing-gum de plusieurs mètres de haut avalant tout sur son passage.

- "Parti en fumée" -

Des amas de tôles tordues par la fournaise s'entassaient ici et là sur la roche encore fumante et s'étendant à perte de vue.

placeholder

La lave a stoppé sa progression à quelques encablures de l'aéroport de Goma, d'où les avions ont été évacués dans la nuit et dont tous les vols ont été annulés.

"Ce matin nous avons vu que tout le quartier est parti en fumée, le feu est descendu jusqu'ici à partir du territoire de Nyiragongo", a témoigné sur place une habitante, Irene Bauma.

"Il y a des parcelles, il y a des gens, il y a la population qui a perdu des biens, peut-être il y a aussi des morts, je ne sais pas" a confié le propriétaire d'un commerce épargné, Kambere Ombeni, appelant le gouvernement à "venir en aide aux rescapés du volcan".

"Cinq personnes ont été tuées dans des accidents lors des déplacements de population", selon le général Ndima. Plusieurs vols dans des boutiques et une tentative d'évasion des prisonniers" à la prison de la ville ont été enregistrées, mais "la situation est maitrisée", a assuré l'officier.

placeholder

Dans la périphérie, à Buhene, des "maisons ont été ravagées par les laves", a précisé le général, sans donner de bilan chiffré de ces destructions.

L'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), qui gère le parc national des Virungas, où est situé le volcan, a par ailleurs annoncé que des "touristes présents hier au cratère sont sains et saufs". Les rares gorilles de montagne, dont les Virunga sont un sanctuaire, "ne sont pas menacés", a ajouté l'ICCN.

De petits séismes secouaient la ville de façon régulière, alors que plus d'une dizaine de ces grosses secousses ont été ressenties depuis l'aube.

- Réunion de crise -

L'éruption samedi soir du volcan Nyiragongo a pris tout le monde de court, y compris les autorités, forcées de donner un ordre d'évacuation de la ville.

Des dizaines de milliers de personnes ont fui vers le poste frontière avec le Rwanda, tout proche, au sud de Goma, et vers le sud-ouest de la ville, en direction de la région du Masisi. Au Rwanda, l'accueil de ces réfugiés d'un jour s'est déroulé dans le calme, canalisé et organisé par les autorités.

placeholder

Une réunion de crise des autorités élargie à la Monusco (mission de l'ONU dans le pays) et aux ONG internationales et nationales devait se tenir dimanche évaluer la situation.

La précédente éruption majeure du Nyiragongo remonte au 17 janvier 2002 et avait fait une centaine de morts.

- "On a encore peur" -

Samedi soir, deux coulées de lave sont descendues, l'une vers l'est, dans des zones habitées mais non urbaines, vers la frontière toute proche avec le Rwanda, et l'autre vers le sud, pour atteindre la limite de Goma dans la nuit.

A la fois curieux et méfiants, des centaines de badauds se sont approchés du front de lave s'étendant à perte de vue, les plus audacieux faisant quelques pas sur la roche encore fumante.

"Des gens commencent à regagner doucement leur domicile, la situation est plutôt calme pour le moment", a témoigné un habitant. "Mais on a encore peur".

Au fil de la matinée, les rues de Goma ont retrouvé leur animation habituelles, les habitants gardant un oeil sur le volcan. "Les gens se demandent si le volcan s'est arrêté, s'il va continuer, si la lave va réapparaître", expliquait l'un d'eux.

Sur la route sud-ouest de la ville menant à Saké, vers la région du Masisi, beaucoup préféraient attendre: "on n'est pas convaincu qu'en une journée, c'est la fin de l'éruption, donc on attend", a expliqué un père de famille.

Capitale régionale du Nord-Kivu, Goma compte près de 600.000 habitants, dans une province troublée où sévissent de nombreux groupes armés.

Elle abrite un important contingent de Casques bleus et de nombreux membres du personnel de la Monusco. Elle est la base de nombreuses ONG et organisations internationales.

placeholder

La région de Goma est une zone d'intense activité volcanique, avec six volcans, dont le Nyiragongo et le Nyamuragira qui culminent respectivement à 3.470 et 3.058 mètres.

L'éruption la plus meurtrière du Nyiragongo, en 1977, avait fait plus de 600 morts.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP