La Chine s'interroge après la course aux 21 morts

Helen ROXBURGH avec Peter STEBBINGS à Shanghai
placeholder

Des organisateurs qui ignorent les alertes météo et tardent à annuler la course: la Chine s'interroge lundi sur la mort de 21 athlètes lors d'un ultrafond en montagne, dernier avatar - tragique - de "la fièvre des marathons" qui s'est emparée du pays.

Une enquête est en cours sur les conditions d’organisation de la course de 100 km qui s'est déroulée samedi dans la Forêt de pierre du Fleuve jaune, près de la ville de Baiyin, dans la province du Gansu (nord-ouest).

L'événement, couru en haute altitude, a été marqué par l'arrivée soudaine de la grêle, de pluies verglaçantes, de vents violents et de températures largement négatives, piégeant 172 participants, dont des sportifs expérimentés.

Les autorités provinciales ont dépêché une équipe sur place pour enquêter sur les causes de la catastrophe, ont rapporté les médias locaux.

Le Bureau météorologique du Gansu avait alerté vendredi, veille de la course, de "fortes averses, de grêle, de foudre et de vents violents soudains".

Le directeur du Bureau météorologique du comté de Jingtai a affirmé avoir partagé un bulletin spécial avec une "alerte bleue vent fort" pour la course, selon l'agence de presse Chine nouvelle.

placeholder

Les température seraient descendues jusqu'à -24 degrés, d'après des informations de la presse locale.

"Mes poumons étaient congelés et je sentais que je ne contrôlais plus mon corps... Je me suis enroulé dans une couverture de survie, j'ai sorti mon traqueur GPS et appuyé sur le SOS avant de perdre conscience", a témoigné un participant sur le réseau social Weibo.

Il a raconté avoir repris connaissance dans une grotte, où un berger l'avait installé près d'un feu.

Parmi les personnes décédées se trouvaient des coureurs d'élite, ont rapporté les médias locaux. L'un d'entre eux,Liang Jing, avait remporté plusieurs ultra-marathons ces dernières années. Huang Guanjun, qui était sourd-muet, avait été le vainqueur du marathon masculin pour les malentendants aux Jeux paralympiques nationaux de 2019.

L'Administration générale du sport a demandé aux autorités sportives du pays d'améliorer la sécurité dans les courses, après une réunion d'urgence dimanche.

placeholder

En ligne, la catastrophe a provoqué deuil et incompréhension chez les internautes.

"Les organisateurs sont irresponsables, ils n'ont pas pris en compte les conditions météorologiques, c'est une catastrophe provoquée par l'homme", écrit un internaute.

-Fièvre du marathon -

Les autorités ont fortement incité, ces dernières années, la population à la pratique du sport, faisant de la course à pied une discipline très populaire parmi la classe moyenne.

Pas moins de 1.900 courses à pied ont eu lieu en 2019, d'après l'Association athlétique chinoise, qui affirme que le nombre de marathons organisés entre 2014 et 2018 a été multiplié par 40.

placeholder

Ce n'est pas la première fois que la pratique de la course à pied fait l'actualité en Chine pour des raisons extra-sportives.

La "fièvre du marathon", comme les médias chinois désignent le phénomène, a attiré nombre de participants non-préparés, qui rivalisent d'ingéniosité pour réaliser les meilleurs temps.

Outre la nécessité de rester en forme, la course au diplôme ou à la carrière en incite certains à recourir à tous les moyens pour faire figurer une belle performance sportive sur leur CV.

En 2018, les caméras de circulation de la ville de Shenzhen (sud) avaient repéré 258 coureurs qui avaient triché, en prenant des raccourcis lors d'un semi-marathon.

En 2019, une participante avait parcouru une partie du marathon de Xuzhou (est) sur un vélo de location en libre service.

Devant ces comportements peu sportifs, les autorités ont désormais recours à la reconnaissance faciale pour débusquer les fraudeurs et ont renforcé leurs sanctions. En 2019, trois coureurs chinois ont été suspendus à vie pour avoir filouté au prestigieux marathon de Boston (Etats-Unis).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP