Au mémorial de Kigali, le souvenir de l'horreur du génocide rwandais

AFP
placeholder

Des crânes, des os, des habits déchirés, des images de cadavres entassés: le mémorial du génocide à Kigali, où Emmanuel Macron prononce un discours jeudi, ne cache rien des horreurs du drame vécu par le Rwanda il y a 27 ans.

"Je crois que personne ne comprendra vraiment ce qui s'est passé en 1994", témoigne, dans un film ouvrant la visite, l'un des rescapés de ce génocide qui a provoqué la mort de plus de 800.000 personnes, principalement des Tutsi, et fait du Rwanda "une nation de tueurs brutaux et sans pitié, et de victimes innocentes".

placeholder

Implanté sur la colline de Gisozi, d'où l'on aperçoit les tours du Kigali moderne, le sobre bâtiment blanc est le principal des quelque 200 lieux de souvenir qui entretiennent la mémoire de la période la plus sombre du petit pays de l'Afrique des Grands Lacs.

Inauguré en 2004, il comprend une partie mémorielle organisée à l'extérieur, au milieu de fleurs et d'arbustes, autour de trois larges dalles recouvrant les restes de plus de 250.000 victimes tuées entre avril et juillet 1994 dans la région de Kigali.

Un musée adjacent, géré par Aegis Trust, une ONG britannique de prévention des crimes contre l'Humanité, retrace l'histoire officielle du génocide jusqu'à la mise en place de la politique "d'unité et réconciliation" par le régime actuel.

La visite débute par l'évocation de "l'harmonie sociale" qui existait au Rwanda avant que les puissances coloniales, l'Allemagne puis la Belgique, ne décident de catégoriser les habitants entre "Hutu" et "Tutsi" sur les cartes d'identité à partir des années 1930. Avec l'aide d'une partie de l'église catholique, "les Belges présentaient les Tutsi comme une race +étrangère+, différents des +autochtones+ hutu", affirme l'un des panneaux d'exposition.

placeholder

Après l'indépendance en 1962, "le Rwanda est devenu un État fort, centralisé, répressif", où les Tutsi "sont communément appelés des +cafards+", relate Serge Rwigamba, rescapé du génocide et guide du musée depuis 2009.

Seule une photo légendée, montrant un soldat français contrôlant un Rwandais à un barrage routier, témoigne du soutien apporté au régime par le gouvernement français "bien qu'il fut au courant des atrocités" commises contre les Tutsi.

En exposant machettes - l'outil privilégié des génocidaires - massues et fusils, le musée raconte comment le Rwanda a été "totalement dévasté" en 100 jours et sentait "la puanteur de la mort" avec "des cadavres partout".

En témoignent les vitrines où sont exposés des dizaines de crânes et une partie des 20.000 photos de victimes données au musée par leur famille. Des clichés de "vies gâchées" qui rappellent celles exposées par d'autres musées des grands drames du XXe siècles: Arménie, Holocauste, Cambodge...

"Il n'y aura pas d'humanité sans pardon. Il n'y aura pas de pardon sans justice", proclame une inscription dans la salle centrale du musée, autour de sculptures en bois de femmes et d'hommes.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP