Sri Lanka: le feu éteint après 13 jours d'incendie sur le navire en perdition

AFP
placeholder

L'incendie à bord d'un cargo en perdition depuis treize jours au large du Sri Lanka, qui a provoqué une catastrophe environnementale majeure, a été éteint mardi grâce à une opération internationale, a indiqué la marine de ce pays.

Des experts de la société danoise de sauvetages en mer SMIT sont montés à bord du MV X-Press Pearl et ont par ailleurs fait état d'un niveau d'eau élevé dans la salle des machines, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la marine sri-lankaise Indika de Silva.

Des tonnes de granules de microplastique provenant de sa cargaison ont souillé les plages du Sri Lanka, ce qui a conduit à une interdiction de la pêche et provoqué un désastre écologique. Des milliers de soldats ont été envoyés pour commencer à ramasser ces billes de plastique qui polluent les plages.

Le porte-parole de la marine a déclaré que l'arrière du porte-conteneurs de 186 mètres s'était enfoncé d'environ un mètre.

Il a précisé que les jets d'eau des pompiers avait été arrêtés pour éviter de nouvelles accumulations d'eau, mais que certaines zones du navire étaient encore trop chaudes pour procéder à un examen complet du bâtiment, qui a pris feu le 20 mai.

Des plongeurs de la marine ont procédé à des examens sous la ligne de flottaison pour s'assurer qu'il n'y avait pas de fissures dans la coque du navire, qui transporte également 278 tonnes de fioul et 50 tonnes de gazole.

La marine sri-lankaise a reçu des renforts des garde-côtes indiens et de remorqueurs affrétés par SMIT pour combattre les flammes, qui ont détruit la plupart des quelque 1.500 conteneurs du navire.

Le feu a été signalé le 20 mai, au moment où le navire s'apprêtait à entrer dans le port de Colombo. L'équipage est d'abord parvenu à le contenir, avant que les vents violents qui accompagnent la mousson n'attisent l'incendie, forçant l'équipage à évacuer le 25 mai.

Le bateau, immatriculé à Singapour, transportait notamment 25 tonnes d'acide nitrique et d'autres produits chimiques, ainsi que 28 conteneurs de matières premières plastiques, dont la plupart sont tombés à la mer.

Le chef de l'Autorité de protection de l'environnement marin (MEPA), Dharshani Lahandapura, a déclaré qu'il pensait qu'il s'agissait du "pire accident jamais survenu de son vivant" dans la région du point de vue écologique.

Il a ajouté que l'équipage était apparemment au courant d'une fuite d'acide nitrique le 11 mai, bien avant que le navire n'entre dans les eaux sri-lankaises, en route vers la Malaisie et Singapour.

Le Sri Lanka a ouvert lundi une enquête criminelle. Le porte-parole de la police, Ajith Rohana, a déclaré que le capitaine et le chef mécanicien, tous deux de nationalité russe, avaient été interrogés pendant 14 heures depuis lundi.

placeholder

Le navire se dirigeait vers Colombo depuis le Gujarat, en Inde. Il s'était auparavant rendu au Qatar et à Dubaï, où les conteneurs d'acide nitrique avaient été chargés.

Les autorités sri-lankaises soupçonnent que la fuite d'acide a déclenché l'incendie. Un tribunal sri-lankais a ordonné mardi la confiscation des passeports des trois membres d'équipage principaux dans l'attente d'une enquête approfondie.

Le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa a demandé son aide à l'Australie afin d'évaluer les dommages subis par l'environnement.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP