Au Sénégal, grand ménage dans une prison après la fuite de "l'As des évasions"

Malick Rokhy BA
placeholder

Un directeur de prison "relevé de ses fonctions", des gardiens interpellés: les autorités sénégalaises ont commencé à faire le ménage dans l'établissement pénitentiaire de Dakar d'où s'est échappé "l'As des évasions", toujours activement recherché après quatre jours de cavale.

Accusé d'avoir commis des délits graves, Baye Modou Fall, surnommé également "Boy djinné" (le jeune djinn, ou le jeune génie) pour passer entre les mailles du filet, était en détention provisoire dans une zone de "haute sécurité" de la prison de Grand-Yoff, un quartier populaire de Dakar.

Après avoir réussi à se faire la belle dans la nuit de samedi à dimanche, il a nargué les autorités dans une longue interview diffusée lundi soir par la télévision privée sénégalaise iTV.

"J'ai toujours dit que la prison n'était pas sécurisée. Mais les autorités pénitentiaires étaient persuadées du contraire. J'ai toujours su que je pouvais sortir de la prison à tout moment et à n'importe quelle heure, que ce soit de nuit ou de jour", a lancé M. Fall depuis un lieu tenu secret.

Sur sa manière d'opérer, l'homme âgé d'environ 32 ans, affirme avoir agi seul.

"Je n'ai eu aucun complice, je me suis lancé dans cette évasion parce que je savais que je pouvais y arriver. Alors, j'ai défoncé la grille d'aération sur l'un des murs de ma cellule, je suis sorti seul à l'aide d'une corde et j'ai escaladé le mur de la prison", a-t-il dit.

Une version d'une évasion en solitaire que l'autorité pénitentiaire cherche à vérifier, a indiqué mercredi à l'AFP un de ses responsables ayant requis l'anonymat.

"Une enquête a été diligentée par la police pour établir les circonstances et sanctionner les auteurs de complicité le cas échéant", a-t-il expliqué.

Sans attendre les résultats de cette enquête, "tous les agents de surveillance" de service cette nuit-là "ont été arrêtés", a ajouté ce responsable, sans en préciser le nombre.

Le directeur de la prison, Baye Alley Konté, a pour sa part été "relevé de ses fonctions" et remplacé, selon la même source.

Sollicité par l'AFP, le service de communication de l'administration pénitentiaire n'a pas souhaité faire de commentaire.

- "Fuir" -

Vêtu d'un élégant boubou crème et d'un bonnet assorti lors de son interview, Baye Modou Fall a expliqué être excédé par la durée de sa détention provisoire, alors que, selon une source proche du dossier, il est poursuivi pour "crime" dans "plusieurs" affaires mais "il n'a jamais utilisé une arme".

"Comme ils m'ont toujours refusé la liberté provisoire, sous prétexte que je pouvais fuir, j'ai décidé de prendre les choses en main et de m'évader", a dit le fugitif, en promettant de se rendre à son procès si celui-ci était enfin programmé.

Plusieurs fois arrêté pour des motifs comme "vol en réunion avec usage d'armes" et "association de malfaiteurs", M. Fall s'était déjà évadé une dizaine de fois de plusieurs prisons du Sénégal, selon la presse locale.

Sa dernière arrestation après une évasion remonte à 2016, à la frontière guinéenne, et il était depuis lors détenu à Dakar.

Les défenseurs des droits humains dénoncent régulièrement les conditions de détention et la surpopulation dans les prisons sénégalaises, le recours quasiment systématique au placement sous mandat de dépôt et la durée des détentions provisoires.

Un projet du gouvernement sénégalais pour le recours à la surveillance électronique comme substitut possible à la détention, et éviter notamment les longues détentions, a été présenté en août 2019 mais n'est pas encore mis en oeuvre.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP