Roland-Garros: Tsitsipas prend ses marques

AFP
placeholder

Stefanos Tsitsipas a confirmé mercredi son statut de prétendant à la finale à Roland-Garros au terme d'un match du 2e tour solide et spectaculaire, alors que Serena Williams jouait en début de soirée et que Daniil Medvedev assurait la session nocturne.

. Le bal des prétendants

Après l'élimination d'entrée de Dominic Thiem, finaliste en 2018 et 2019, vainqueur de l'US Open 2020, et tandis que Djokovic, Nadal et Federer sont tous dans le haut du tableau, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev ont confirmé qu'ils étaient les épouvantails de la partie basse.

Le Grec, 5e mondial, s'est montré solide et spectaculaire pour battre l'Espagnol Pedro Martinez (103e), 6-4, 6-4, 6-3 en 2h27 sous le chaud soleil parisien.

Au prochain tour, il affrontera le gros serveur américain John Isner (34e).

Malgré de nombreuses fautes directes qui lui ont valu notamment de céder quatre fois sa mise en jeu, Tsitsipas n'a jamais perdu le fil et a dominé Martinez sans se faire peur. Et il pouvait savourer.

"Les fans m'ont adopté et mon tennis est là", s'est félicité le meilleur joueur actuel de la saison.

"J'ai eu des bonnes semaines et de bons résultats", a consenti le vainqueur de Monte-Carlo en avril, son premier Masters 1000. "Mais je ne trouve pas ma performance super-extraordinaire", a-t-il ajouté en confirmant que ses objectifs étaient bien plus élevés que ça.

Zverev, lui, a vécu un deuxième tour plus tranquille que le premier où il avait perdu les deux premières manches face à Oscar Otte.

Cette fois, il ne lui en a fallu que trois, mais accrochées, pour venir à bout du Russe Roman Safiullin (182e) 7-6 (7/4), 6-3, 7-6 (7/1).

"Je connais Roman depuis qu'on a 12 ans, on a le même âge avec aussi Rublev, Bublik et on a joué ici en juniors en même temps. Il a été beaucoup blessé mais c'est un super joueur qui va remonter au classement", a commenté l'Allemand de 24 ans.

Après deux qualifiés aux deux premiers tours, son prochain adversaire sera d'un autre calibre: Laslo Djere (55e).

En cinq participations jusque-là aux Internationaux de France depuis 2016, l'Allemand de 24 ans a atteint au moins le 3e tour à quatre reprises. En 2017 seulement il avait été sorti dès le premier tour.

. En attendant Serena

La cadette des soeurs Williams (8e) poursuivait sa quête d'un 24 titre record en Grand Chelem face à Mihaela Buzarnescu (174e) en soirée.

placeholder

En attendant, Victoria Azarenka (16e), double lauréate en Grand Chelem (Australie 2012 et 2013) revenue au plus haut niveau l'an dernier, n'a eu besoin que de deux sets pour écarter Clara Tauson (90e) 7-5, 6-4.

Comme annoncé, Naomi Osaka (2e) et Petra Kvitova (12e) n'ont pas joué leur deuxième tour, permettant à Elena Vesnina (1.096e mais bénéficiaire d'un classement protégé) et Ana Bogdan (102e) de se qualifier sans se fatiguer.

. Le coin Bleu

Le tournoi est terminé pour Caroline Garcia (58e). Bien qu'ayant sauvé quatre balles de match, la N.2 française s'est inclinée face à Polona Hercog (73e), 7-5, 6-4.

Lucide sur les raisons de sa défaite - "je suis parfois un peu retombée dans mes travers: j'ai paniqué, à essayer de finir les points tout de suite, alors que je peux construire en quatre-cinq frappes" - Garcia veut aussi retenir les points positifs de son tournoi, comme ses retrouvailles avec le public.

placeholder

"Je me sens mieux dans ma peau" et sur le court. "Cette année, j'ai vraiment pris du plaisir à avoir du public, ils étaient super chauds et j'ai pris toute leur énergie, ça été intense. C'est incroyable d'avoir cette chance de pouvoir vivre des moments comme ça", s'est-elle réjouie.

Malgré tout, "ça reste une défaite, j'ai encore plein de choses à travailler", a-t-elle reconnu. Entraînée depuis toujours par son père, elle a récemment pris la décision de travailler avec Gabriel Urpi au sein de l'académie de Rafael Nadal.

Après l'élimination également d'Harmony Tan (149), il ne reste donc que deux Françaises dans le tableau: Fiona Ferro (51e) et Kristina Mladenovic (61e) qui jouent leur deuxième match jeudi.

Dans le tableau masculin, le surprenant Enzo Couacaud (177e) tentait sa chance face à Pablo Carreno (12e) en soirée.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP