Espagne: la droite dans la rue contre la grâce des indépendantistes catalans

Alvaro VILLALOBOS avec Rosa SULLEIRO à Barcelone
placeholder

La droite espagnole va se rassembler dimanche dans le centre de Madrid pour dénoncer la volonté du Premier ministre Pedro Sanchez de gracier les indépendantistes catalans condamnés pour la tentative de sécession de 2017, une mesure très controversée.

Cette manifestation a été convoquée à midi (10H00 GMT) sur la place Colon, choisie pour l'immense drapeau espagnol qui y flotte.

Pablo Casado et Santiago Abascal, les numéros un du Parti populaire (PP), le principal parti d'opposition, et de la formation d'extrême droite Vox, y sont attendus.

En février 2019, la droite avait déjà rassemblé au même endroit des dizaines de milliers de personnes pour appeler M. Sanchez à démissionner, l'accusant d'avoir "trahi" l'Espagne en dialoguant avec les indépendantistes catalans.

Alors que cette grâce, qui pourrait être officialisée avant la coupure estivale, suscite une grande controverse, le Premier ministre la défend comme un geste d'apaisement dans le cadre du dialogue destiné à trouver une issue à la crise en Catalogne.

"Je comprends que des citoyens puissent avoir des objections (...) en pensant à ce qui s'est passé en 2017. Mais je leur demande (...) de la compréhension et de la magnanimité car le défi que nous avons devant nous, c'est-à-dire la coexistence, en vaut la peine", a-t-il déclaré mercredi lors d'une visite en Argentine.

Mais l'opposition de droite accuse, elle, le dirigeant socialiste de faire une nouvelle concession aux indépendantistes catalans dont dépend en partie son gouvernement minoritaire au Parlement espagnol.

Pour Pablo Casado, le chef du PP, cette future grâce est "une erreur historique qui ne résout rien à part sauver la vie du gouvernement".

Le Tribunal suprême, qui a jugé ces indépendantistes en 2019, s'est opposé lui aussi à cette mesure dans un rapport remis récemment, justifiant son avis par le fait que les condamnés n'ont "pas montré le moindre signe de repentir".

Pour la plupart ex-membres du gouvernement régional séparatiste de Carles Puigdemont, ces douze indépendantistes ont été condamnés pour leur rôle dans l'organisation d'un référendum d'autodétermination le 1er octobre 2017, pourtant interdit par la justice et qui avait été suivi quelques semaines plus tard par une déclaration unilatérale d'indépendance.

Sur ces douze, neuf purgent des peines de prison allant de 9 à 13 ans. Dont Oriol Junqueras, leader du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC), allié clé du gouvernement Sanchez au Parlement.

- "Coût élevé" politiquement -

placeholder

Dans une lettre ouverte publiée lundi, ce dernier a fait un pas vers le Premier ministre en se montrant favorable à une grâce, alors que les indépendantistes exigeaient une amnistie, et en faisant l'autocritique de la dimension unilatérale de la tentative de sécession dont il a été l'un des protagonistes.

"Nous devons être conscients que notre réponse n'a pas non plus été perçue comme pleinement légitime par une partie de la société", a-t-il écrit.

La frange la plus radicale du mouvement indépendantiste - qui comprend le parti de Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique en 2017 - prône en revanche toujours la voie unilatérale.

A la tête du gouvernement régional catalan depuis quelques semaines, avec le modéré Pere Aragonés, ERC prône le dialogue avec le gouvernement espagnol, à qui il veut réclamer un accord sur l'organisation d'un référendum d'autodétermination. Une revendication déjà rejetée par Madrid.

Le dialogue formel entre gouvernement espagnol et gouvernement régional catalan - lancé début 2020 en échange de l'appui d'ERC à la reconduction au pouvoir de M. Sanchez mais suspendu à cause de la pandémie - doit reprendre prochainement.

Et en amont de ces discussions, "tous les dirigeants indépendantistes ont conscience" que la concession que va faire Pedro Sanchez avec cette grâce "est une décision dont le coût est élevé pour le Parti socialiste. Car s'il y a une majorité en faveur de la grâce en Catalogne, une majorité est contre en Espagne", souligne Ana Sofía Cardenal, professeure de sciences politiques à l'Université ouverte de Catalogne.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP