Euro: sale soirée pour la Pologne et Lewandowski, place à Espagne-Suède

Alexis HONTANG, avec Jérôme RASETTI à Paris
placeholder

Robert Lewandowski est resté muet et la Pologne, réduite à dix, a chuté (2-1) face à la Slovaquie lundi à Saint-Pétersbourg pour la première surprise de l'Euro, dominé jusque-là par des inquiétudes extra-sportives.

Avant un choc Espagne-Suède (21h00/19h00 GMT) placé sous le signe du Covid-19 qui a perturbé les deux sélections, l'entrée en lice de Lewandowski, l'une des stars attendues du tournoi, n'a pas tenu ses promesses: l'attaquant du Bayern Munich n'a guère brillé face aux Slovaques qui ont logiquement remporté ce premier match du groupe E.

La Slovaquie a ouvert la marque après un déroutant slalom de Robert Mak dont le tir repoussé par l'un des poteaux de Wojciech Szczesny avant de rebondir sur le gardien polonais et de rentrer dans le but (18e).

Karol Linetty a ramené les deux équipes à égalité en début de seconde période (46e), mais les Polonais ont plié après l'exclusion du milieu Grzegorz Krychowiak, devenu le premier joueur exclu de cet Euro après un second avertissement.

Le coup de grâce pour la Pologne a été asséné par Milan Skriniar (69e), auteur d'une reprise de 20 m, synonyme de victoire pour la Slovaquie.

Lewandowski a encore deux matches pour qualifier la Pologne en 8e de finale et justifier son statut de buteur patenté, mais il aura du mal à inscrire le plus beau but de cet Euro.

- Lob somptueux -

placeholder

Avec son lob somptueux de 50 mètre sans contrôle et depuis la ligne médiane, à la 52e minute contre l'Ecosse à Glasgow, l'attaquant tchèque Patrik Schick qui avait déjà ouvert la marque d'une tête décroisée (42e), est bien parti pour décrocher cette distinction honorifique.

Son tir spectaculaire est retombé directement sous la barre pendant que le malheureux gardien écossais, trop avancé et revenu au pas de course, s'empêtrait dans ses propres filets.

"C'est un génie (...), un joueur incroyable et ce ne sont pas les derniers buts qu'il va marquer ici", a prévenu le sélectionneur tchèque Jaroslav Silhavy.

Battue 2 à 0, l'Ecosse qui n'avait pas disputé de tournoi majeur depuis le Mondial-98 en France, a manqué ses retrouvailles avec l'élite internationale.

Le but de Shick a offert une image plus réjouissante de cet Euro que le Danemark-Finlande de samedi, pendant lequel l'Europe du football a craint le pire pour Christian Eriksen, victime d'un arrêt cardiaque en plein match avant d'être sauvé par l'intervention rapide des secours.

Le milieu danois, dans un état "stable" et "touché" par les soutiens ayant afflué du monde entier, va rester en observation à l'hôpital encore au moins lundi, a annoncé son agent Martin Schoots.

Après cet incident, la polémique affleure: plusieurs joueurs danois ont publiquement déploré d'avoir eu à choisir entre reprendre leur match contre la Finlande le soir même (défaite 1-0) ou le lendemain à midi.

- Préparation perturbée -

"Nous avons été mis dans une position où, à titre personnel, je pense que nous n'aurions pas dû être placés", a souligné le gardien Kasper Schmeichel lors d'une conférence de presse.

Outre le cas Eriksen, la rubrique médicale continue de faire les gros titres de l'Euro, au rythme des cas de Covid-19 qui frappent les sélections.

Dimanche, c'est le Portugais Joao Cancelo, testé positif, qui a abandonné l'effectif des tenants du titre avant leur entrée en lice mardi contre la Hongrie, dans un groupe F qui compte aussi la France et l'Allemagne, opposées mardi soir.

Dans la soirée de lundi à Séville, c'est le "Covidico", entre l'Espagne et la Suède qui devait conclure cette quatrième journée de compétition.

Pour la "Roja", un des favoris du tournoi malgré la non sélection de plusieurs grands noms comme le défenseur Sergio Ramos, il s'agit de bien démarrer à domicile sous la chaleur sévillane (encore près de 30 degrés attendus en début de soirée), histoire d'évacuer les doutes nés d'une préparation largement perturbée.

placeholder

Les Espagnols doivent composer sans Busquets, toujours à l'isolement après avoir été testé positif le 6 juin... tandis que la Suède, déjà privée de la superstar Zlatan Ibrahimovic sur blessure (genou), s'avance sans son jeune ailier Dejan Kulusevski, prodige de la Juventus Turin, ni Mattias Svanberg, eux aussi positifs.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP