Euro: Angleterre-Ecosse, duel séculaire et arrosé, Croatie au ralenti

Kieran CANNING
placeholder

Un choc très arrosé: sous une pluie so British, la plus vieille rivalité du football, entre l'Angleterre et l’Écosse, va connaître un nouveau chapitre vendredi (21h00) à Wembley, tandis que la Croatie, vice-championne du monde 2018, n'a une nouvelle fois pas brillé lors de son nul contre la République tchèque (1-1).

Pour l'Angleterre, l'une des favorites pour le titre, l'enjeu est d'abord de valider sa place pour la phase à élimination directe, comme l'ont déjà fait l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas.

Vainqueurs de la Croatie (1-0) pour leur entrée en lice, les "Three Lions" sont également à une victoire des 8es de finale.

placeholder

Mais à l'heure d'affronter l’Écosse, ce n'est pas un match comme les autres qui attend les coéquipiers de Marcus Rashford.

Des deux côtés du mur d'Hadrien, la date est cochée depuis des mois par les supporters, impatients de voir ce que réserve ce nouvel épisode d'une rivalité légendaire.

La "Tartan Army", le surnom des supporters écossais portant fiérement le kilt, a rallié Londres en nombre, même si seulement 2.500 d'entre eux pourront accéder au mythique stade de Wembley.

placeholder

Ils seraient plus de 20.000 à avoir défié le maire de Londres et la fédération écossaise qui avaient demandé aux supporters sans billets de rester chez eux, mais ceux présents dans la capitale britannique mettent un joyeuse ambiance à Hyde Park et Leicester Square, malgré la pluie et grâce à quelques bières et autres boissons alcoolisées.

- 115e Angleterre-Ecosse -

L'Angleterre et l'Ecosse vont s'affronter pour la 115e fois, 149 ans après avoir joué à Glasgow, le 30 novembre 1872, le premier match international de l'histoire (0-0).

placeholder

L'historique penche du côté des Anglais (48 victoires à 41, 25 nuls), qui n'ont plus perdu face aux Ecossais depuis 1999.

Pour la 2e journée du groupe D, les "Three Lions" ont les faveurs des bookmakers, d'autant qu'ils restent sur une performance convaincante à Wembley face à la Croatie, avec un but de Raheem Sterling.

De son côté, l'Ecosse a perdu contre la République tchèque à Glasgow (2-0), pour son grand retour à l'Euro, 25 ans après sa dernière participation.

"Gagner (face aux Tchèques) aurait été la solution de facilité. Ce n'est jamais comme ça que ça se passe avec l'Ecosse. J'espère qu'on le fera à la dure, à l'écossaise", a déclaré le sélectionneur Steve Clarke.

A Londres toujours, le Premier ministre britannique Boris Johnson a prévenu qu'il n'était pas prêt à sacrifier la santé publique et réduire les restrictions sanitaires alors des sources ont confirmé à l'AFP que l'UEFA envisageait de déplacer les demi-finales et la finale programmés à Wembley, à Budapest.

"Nous ferons tout ce que nous devons pour protéger le pays du Covid", a martelé le Premier ministre qui a dû repousser lundi de quatre semaines, jusqu'au 19 juillet, la levée des dernières restrictions instaurées en Angleterre pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

- Busquets de retour -

En Hongrie, en revanche, aucune condition à l'entrée sur son territoire des voyageurs issus de l'espace Schengen et aucune jauge dans le stade de Budapest pour cet Euro.

placeholder

La Croatie, elle, n'arrive pas à gagner: elle a dû se contenter à Glasgow d'un nul face aux Tchèques qui ont pris l'avantage, sur penalty, par Patrik Schick (37e) pour son troisième but du tournoi, ce qui le place en tête du classement des buteurs.

Ivan Perisic a égalisé en début de seconde période (47e), mais les Croates, à l'image de leur capitaine Luka Modric, transparent, sont méconnaissables. Avec un seul point, ils devront absolument battre l'Ecosse mardi à Hampden Park pour espérer atteindre les 8e de finale.

placeholder

Dans la premier match de la journée, la Suède n'a inscrit qu'un but, sur penalty par Emil Forsberg (77e), mais a dominé la Slovaquie qui a eu toutes les peines du monde à maîtriser l'excellent Alexander Isak.

Les Suédois, qui avaient neutralisé l'Espagne (0-0) pour leur premier match de cet Euro, sont leaders du groupe E avec quatre points, devant la Slovaquie (3 pts), l'Espagne (1 pt) et la Pologne (0 pt).

Avant son match déjà décisif contre la Pologne samedi à Séville, la "Roja" a récupéré son capitaine Sergio Busquets, à l'isolement depuis un test positif au Covid-19 le 6 juin.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP