A peine sortie de l'épidémie, Chicago pâtit d'une hausse de la violence

Bob Chiarito
placeholder

Dans le centre-ville de Chicago, les commerces qui ont survécu à la crise économique entraînée par le coronavirus devraient être ravis de la réouverture de la ville, lundi. Mais beaucoup subissent un nouveau coup dur: une recrudescence de la violence qui tient les clients - et leurs porte-monnaie - à distance.

"Je ne me suis jamais senti aussi peu en sécurité qu'à l'heure actuelle", dit à l'AFP Steve Burrows, un avocat de 48 ans qui vit à Chicago depuis toujours. "Je travaille dans le centre-ville, donc je suis ici tous les jours pendant la journée, mais je ne viendrais pas le soir ou le week-end".

Si les gens comme lui, les habitants des banlieues et les millions de touristes habituellement présents ne viennent pas, les entreprises de Chicago en ressentiront les conséquences, d'autant que, pour beaucoup, le tumulte des 16 derniers mois a laissé des traces.

Chicago, troisième plus grande ville américaine, est loin d'être un cas isolé: partout aux Etats-Unis, des localités constatent une hausse de la violence.

"La vérité, c'est que personne ne sait vraiment ce qui a conduit à cette hausse" qui concerne "les crimes par arme à feu" et d'autres types de crimes violents, déclare Roseanna Ander, directrice exécutive du Crime Lab de l'université de Chicago, qui étudie la criminalité.

Reste que la pandémie a aggravé de nombreux problèmes sociaux. "Elle a tout exacerbé, tout amplifié", dit Mme Ander.

- "Notre ville est sûre" -

A Chicago, le crime s'invite dans des zones jusqu'ici considérées comme sûres, et aucune catégorie de crimes violents n'échappe à la hausse.

placeholder

Les fusillades sur l'autoroute ont atteint un niveau sans précédent: 93 depuis le début de l'année contre 39 à la même période l'an dernier.

Dans le centre-ville, les coupables désignés sont des jeunes qui ont créé le chaos pendant les week-ends de ces deux derniers mois en commettant des vols et des agressions, autant d'incidents qui, selon les propriétaires de commerces, font fuir les clients.

Pourtant, la maire Lori Lightfoot est optimiste.

Mardi, pendant que Chicago subissait sa troisième fusillade en trois jours, elle a appelé à plus d'aide fédérale pour endiguer le flux d'armes illégales, tout en adoptant un ton positif. "La réalité, c'est que notre ville est sûre. Je le maintiens", a affirmé Mme Lightfoot.

Raymond Lopez, un élu local critique de la maire, pense qu'elle vit dans "le monde des bisounours" et qu'elle a eu tort de réduire récemment la possibilité, pour la police, de poursuivre en voiture des suspects.

"La police doit attraper les criminels. Elle doit cesser de planter des fleurs et de construire des jardins communautaires, et commencer à attraper les personnes qui commettent des crimes", a-t-il lancé.

placeholder

Pour M. Lopez, le redressement économique de la ville pâtit de sa mauvaise réputation, un quart du budget de la ville reposant sur les revenus du tourisme et de l'hôtellerie.

"Quand, partout dans le pays, les gens associent Chicago à la dangerosité, personne ne voudra venir ici."

- "Je ne peux pas vivre" -

Pour Jackie Jackson, 49 ans, et sa fille Janel Jackson, 27 ans, qui possèdent trois magasins de crème glacée Kilwins à Chicago, dont un a été pillé l'an dernier en marge de manifestations contre les violences policières, la violence pousse les magasins à fermer plus tôt, par manque de clients.

placeholder

"Les gens veulent sortir et s'amuser à 19H00, mais la sécurité passe avant tout", assure Janel Jackson. "Devoir fermer si tôt parce qu'il n'y a personne dans le centre-ville nous affecte énormément."

"Tout le monde est inquiet", confirme Sam Toia, chef d'une association de restaurateurs de la ville. "On veut que les gens se sentent en sécurité quand ils visitent notre belle ville."

Même si Jackie Jackson croit au potentiel commercial de Chicago, la criminalité la contraint à élaborer un plan pour la quitter.

"Je ne porte plus de sac à main... Je ne vais pas dans les parkings. Je n'utilise pas les drive-in parce que j'ai trop peur. Je ne porte pas de bijoux. Je ne peux pas vivre", témoigne-t-elle.

"J'ai hâte de m'acheter une petite maison au bord d'un lac, de m'asseoir sur le porche, de siroter du thé glacé quelque part et de vivre heureuse pour toujours, parce que c'est effrayant."

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP