Euro: l'Angleterre vise la tête, la Croatie joue la sienne

Anthony LUCAS
placeholder

Un grand nom en danger? La Croatie de Luka Modric, finaliste du dernier Mondial, espère éviter un fiasco dès le 1er tour de l'Euro, mardi (21h00) contre l'Ecosse, pendant que l'Angleterre et la République tchèque, déjà qualifiées, se disputent la 1re place du groupe.

Sans jouer, Anglais et Tchèques - comme la France - ont décroché leur billet pour les huitièmes dès lundi soir. Leur duel en soirée à Wembley a donc perdu un peu de sa tension alors que les deux équipes sont assurées de passer avec les 4 points déjà engrangés, avec une différence de buts favorable à Patrik Schick et ses partenaires (+2 contre +1).

L'éventuel vainqueur d'Ecosse-Croatie les accompagnera en huitièmes mais un nul entre les deux actuels derniers (1 pt chacun) serait fatal aux deux équipes.

placeholder

Si aucun calcul ne sera de mise entre Ecossais et Croates, la bataille pour la première place entre l'Angleterre et la République tchèque pourrait elle être polluée par quelques arrière-pensées stratégiques plus ou moins avouées. Car il n'est pas certain que, dans ce groupe, finir premier soit la meilleure place.

En terminant devant, l'Angleterre aurait certes l'avantage de jouer son huitième de nouveau à domicile dans son antre de Wembley.

- Considérations stratégiques -

Le stade londonien est l'enceinte de référence de cet Euro itinérant: il doit toujours aussi accueillir les demi-finales (6-7 juillet) et la finale (11 juillet), même si le chef du gouvernement italien Mario Draghi a alimenté lundi les doutes sur une possible délocalisation.

placeholder

Mais l'Angleterre, si elle finit première, aurait aussi face à elle un adversaire forcément redoutable: a priori la France, l'Allemagne ou le Portugal, à moins que la Hongrie ne chamboule la hiérarchie.

En étant deuxième, elle irait à Copenhague en huitièmes, mais avec un adversaire peut-être plus abordable (Suède, Slovaquie, Espagne ou Pologne).

Au-delà de ces considérations stratégiques encore remplies d'incertitudes, l'Angleterre sait surtout qu'elle doit se faire pardonner auprès de ses supporters sa prestation fade contre l'Ecosse (0-0) vendredi.

Les "Three Lions" étaient apparus empruntés et sans idées: la déception a été immense dans le pays, à la hauteur des espérances suscitées par une équipe jeune et construite autour de Manchester City, vainqueur de la Premier League, de Chelsea, vainqueur de la Ligue des champions, et de Manchester United, finaliste de la Ligue Europa.

- Première pour l'Ecosse? -

L'Angleterre va donc tenter de redorer son blason face à une équipe tchèque qu'elle avait laminée (5-0) à Wembley en éliminatoires, avant de subir son seul accroc à Prague (2-1).

Pour la Croatie, tombée du piédestal où elle était montée en 2018 en se hissant en finale de la Coupe du monde contre la France (2-4), l'heure est plus grave encore.

placeholder

Avec un seul point pris lors des deux premiers matches (défaite 0-1 contre l'Angleterre, nul 1-1 contre la République tchèque), le Ballon d'Or 2018 Luka Modric et ses partenaires doivent absolument l'emporter contre l'Ecosse pour se qualifier, au moins parmi les meilleurs troisièmes.

Mais ils peuvent s'attendre à tomber à Glasgow sur un adversaire gonflé à bloc après le point chipé aux Anglais.

Et malgré le forfait du milieu Billy Gilmour (Covid-19), les joueurs de Steve Clarke ont bien l'intention de tout faire pour réussir un exploit: passer pour la première fois le premier tour d'un grand tournoi majeur, après huit échecs en Coupe du monde et deux à ce jour en Euro. Histoire d'offrir au passage un carton plein au football britannique, après la qualification des Gallois et des Anglais.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

logo AFP